Mort de Prince: C'est quoi le Fentanyl, cet opiacé fatal au chanteur

SANTE Les autorités sanitaires tirent la sonnette d'alarme face à une vague d'overdoses, en particulier celle du Kid de Minneapolis...

Philippe Berry

— 

Des pillules d'hydrocodone contrefaites contenant du Fentanyl.
Des pillules d'hydrocodone contrefaites contenant du Fentanyl. — DEA/SIPA

En 2014, plus de 28.000 personnes sont mortes d’une overdose d’opiacés aux Etats-Unis. C’est presque autant que le nombre de victimes sur les routes. Selon le rapport d’autopsie, Prince a succombé à une surdose accidentelle de Fentanyl, un antidouleur plus puissant que l’héroïne et la morphine. Et les autorités sanitaires s’inquiètent, alors que le nombre d’overdoses aux opiacés a été multiplié par quatre en vingt ans.

>> A lire aussi : Prince est mort d'une overdose de Fentanyl

Le Fentanyl, c’est quoi ?

Un opiacé de synthèse mis au point dans les années 50. Selon le Center for Disease Control (CDC), il est plus puissant que l’héroïne (50 fois) et que la morphine (100 fois). Il est prescrit par des médecins pour traiter des douleurs chroniques, notamment pour certains cancers. Une version illicite s’achète également au marché noir, et certains addicts la mélangent à l’héroïne pour en multiplier les effets.

Comment s’administre-t-il ?

Il peut s’injecter par intraveineuse, surtout pour des anesthésies. Pour les douleurs chroniques, il est vendu sous forme de patch transdermique, de spray nasal ou de comprimé à sucer, qui diffusent d’infimes quantités, de l’ordre du microgramme. Parce qu’il est très puissant, la dose mortelle de cet opiacé est très faible, de l’ordre de 2 milligrammes. En cas d’overdose, il est possible de sauver un patient avec une injection rapide de naloxone, un composé qui bloque les effets des opiacés.

Les overdoses au Fentanyl ont explosé en 2014

Le chiffre de 28.000 morts en 2014 aux Etats-Unis couvre à la fois les overdoses à l’héroïne, aux opiacés pharmaceutiques et à ceux vendus illicitement. La majorité des surdoses médicamenteuses sont dues à l’oxycodone, l’hydrocodone (la vicodine) et la méthadone, que les médecins prescrivent facilement. Le CDC ne fournit pas de chiffres nationaux pour le Fentanyl mais plus de 500 décès ont été recensés dans l’Ohio, l’Etat le plus touché, en 2014, contre 97 l’année précédente. Une forte augmentation, comprise entre 200 et 400 % sur un an, a été constatée dans le Maryland (185 décès) et en Floride (397 décès). En Californie, 14 personnes sont mortes en avril après avoir consommé des cachets d’hydrocodone contenant du Fentanyl. De Bernie Sanders à Donald Trump, de nombreux candidats à la présidentielle ont appelé les pouvoirs publics à agir pour endiguer une « épidémie ».