Elijah Wood évoque la pédophilie à Hollywood (puis clarifie ses propos)

CINEMA Après avoir évoqué la présence de pédophiles dans les studios d’Hollywood, l'acteur américain a nuancé ses affirmations dans la presse et sur Twitter...

20 Minutes avec agence
— 
L'acteur Elijah Wood.
L'acteur Elijah Wood. — Evan Agostini/AP/SIPA

Interviewé à l’occasion de la sortie de son dernier film, The Trust, Elijah Wood a évoqué la présence de pédophiles dans les studios de Hollywood. Dans le Sunday Times (lien en anglais), la star de la trilogie du Seigneur des Anneaux a notamment assuré que plusieurs enfants acteurs avaient été abusés sexuellement par les « vipères de l’industrie ».

« Les victimes ne peuvent pas s’exprimer aussi fort que les gens qui ont le pouvoir »

« Si vous êtes innocent, que vous savez peu de choses sur le monde et que vous voulez réussir, des gens avec des intérêts parasites vous verront comme une proie. Ce qui me chagrine avec ces situations, c’est que les victimes ne peuvent pas s’exprimer aussi fort que les gens qui ont le pouvoir », a expliqué l’acteur américain de 35 ans, qui fréquente Hollywood depuis l’âge de 8 ans (il était apparu dans Retour vers le futur 2 en 1989).

S’il déclare ne pas avoir été lui-même victime d’actes pédophiles, protégé par sa mère, il raconte tout de même « avoir été emmené dans des endroits sombres », affirmant que « ces choses continuent probablement aujourd’hui ».

>> A lire aussi : Après Bryan Singer, trois producteurs accusés d'avoir fait partie d'un «réseau pédophile» hollywoodien

« Je n’ai personnellement aucune connaissance sur la pédophilie à Hollywood »

Lundi, l’acteur a cependant tenu à clarifier ses propos, estimant qu’ils avaient été mal interprétés. Il s’est notamment exprimé dans une série de tweets, où il évoque des « titres trompeurs » et invite les journalistes à enquêter davantage.

Dans une interview accordée au Hollywood Reporter, il l’affirme : « Je n’ai personnellement aucune connaissance sur la pédophilie à Hollywood mais j’ai vu et lu des choses à ce propos, c’est tout. »