Les GIFs, c’est de l’art, et cette expo compte vous le prouver

ART DIGITAL – Cent GIFs réalisés par trente illustrateurs seront exposés dans tout Paris, du 21 mai au 10 juin…

Annabelle Laurent

— 

Bataille de perches à selfie, un GIF de Sammy Slabbinck.
Bataille de perches à selfie, un GIF de Sammy Slabbinck. — Sammy Slabbinck:

Imaginez un musée du futur. Telle la Joconde assaillie de touristes au Louvre, une œuvre attire des millions de visiteurs chaque année, vous avez enfin l’occasion de la voir de vos propres yeux, vous vous approchez... et c’est un GIF. Une image animée, projetée sur le mur par vidéoprojecteur. Fiction? Le GIF, format créé en 1987 - et qui, tranchons d’emblée, se prononce «jif»- poursuit en tout cas sa reconnaissance dans le monde de l'art. Une expo qui lui est dédiée se tient à Paris de ce samedi 21 mai au 10 juin. Chacun des 100 GIFs exposés a une durée bien calibrée: 5 secondes. Faisons donc le point en 5 minutes avec Adrien Salamon, co-fondateur de la galerie Balibart, à l’initiative de l’exposition. 

Ils seront où, ces gifs? 

Les Parisiens pourront les découvrir sur des écrans digitaux installés par le réseau outdoor PhenixDigital dans les abribus, des kiosques ou sur la devanture de quelques magasins. L’idée étant «d’envahir la rue et présenter l’art où on ne l’attend pas», pour ceux qui ne franchissent jamais la porte d’une galerie, explique Adrien Salamon. La galerie d'art en ligne Balibart qu'il a co-créée fin 2013 a ce même objectif: démocratiser l'accès aux oeuvres d'art, en proposant l'achat à prix non prohibitif des créations de 200 artistes illustrateurs de presse.

Les 100 GIFs ont étés créés exclusivement pour l’expo par 30 artistes de 15 nationalités différentes, qu'ils soient illustrateurs, vidéastes, collagistes, et aient un travail plus ou moins important et régulier sur le GIF... Alberto Pereira, Cento Lodigiani ou Matthieu Bourel sont quelques-uns des artistes exposés. 

Mais le GIF, ce n’est finalement rien d’autre qu’une petite vidéo, non?

N’allez pas dire ça au fondateur de la plateforme Giphy, qui y voit lui le futur de la communication. Mais aussi populaires soient-ils, les GIFs ne sont pourtant rien d'autre que ça: des images dont la juxtaposition crée une animation. «C'est simplement un nouveau medium, comme le sont une toile, du papier Canson, ou un mur», concède Adrien Salamon. A chaque artiste de l'exploiter en l'associant à son univers: «Le Brésilien Alberto Pereira a demandé sur Instagram à ce qu'on lui envoie des photos de grimace et en a fait un GIF interactif, le Canadien Christie Hudson travaille avec de la pâte à modeler, Ju Ulvoas fait des collages, il y a aussi des travaux beaucoup plus abstraits avec des succession de couleurs...». En voici quelques exemples (qui ne seront pas exposés): 

Un GIF sur l'angoisse de la page blanche, par Miguel Co: 

L'angoisse de la création bis, par Christie Hudson: 

Une bataille de perches à selfies, par le belge Sammy Slabbinck: 

Mais ce n'est la première expo de GIFs, si?

C’est la première expo «sauvage» de GIFs, mais il y a des précédents. L’an dernier à Paris, la galerie Les Ateliers accueillait «GIF IT!». Une galerie londonienne avait accueilli en 2012 l’exposition «Born in 1987: The Animated GIF». Aux États-Unis, le Museum of the Moving Image dans le Queens a lui aussi proposé une expo sur les GIFs

Et l'achat d'un GIF comme cadeau, c'est pour quand? 

Le jour où vous pourrez offrir un GIF à la place du plus traditionnel tirage encadré-qui-en-imposera-dans-le-salon? Il est arrivé, en fait. «Des entreprises nous contactent pour entrer en contact avec nos artistes et leur commander des GIFs en création exclusive, explique le cofondateur de Balibart. Mais un particulier peut également nous faire une demande». Les gifo-sceptiques répondront qu'il existe aussi MakeAGif Giforama et autres outils à GIFs. Mais un GIF comme celui-ci, vous savez faire? 

Matthieu Bourel. Son Tumblr par ici