Animaux héros de BD: Comment quatre nouvelles séries font perdurer la tradition

BD Focus sur quatre nouvelles séries dont les héros sont des petites bêtes…

Olivier Mimran

— 

Rocky, comic-strip suédois
Rocky, comic-strip suédois — Martin Kellerman & Huber éditions 2016

De Gédéon le canard (1923) à Mickey (1928), en passant par Pif le chien (1948) ou le chat du Rabbin (2002), nos amies les bêtes - qu’elles soient à poils, à plumes ou à écailles - ont de tout temps inspiré le 9e Art. Les BD « animalière » se déclinent ainsi dans plusieurs catégories et à l’attention de tous les publics (celui de la jeunesse compte le plus grand nombre de héros du genre, mais certaines bestioles - comme Fritz the cat, de Robert Crumb - s’épanouissent dans des séries strictement adultes). Leur point commun : ils sont, la plupart du temps, anthropomorphes. C’est-à-dire que s’ils gardent leurs traits fauniques, ils se sont « humanisés » en adoptant généralement la bipédie et des membres supérieurs préhensiles… des mains, quoi !

Cette caractéristique permet à ces « mutants » de vivre les mêmes aventures que pourraient vivre leurs homologues humains, le côté « kawaï » (mignon, chou en japonais) en plus (ou pas, d’ailleurs). En tout cas, la formule plaît tellement au public que des héros « à quatre pattes » continuent d’êtres créés tous les jours. Illustration avec quatre albums récemment parus.

Le plus « grand public »

Inspiré par une marionnette que son auteur, Blaise Guinin, possédait tout gamin, Pol est un jeune hérisson d’environ huit ans. Gaffeur, il fait accidentellement exploser la maison de sa mère. Pour éviter ses foudres, Pol et son copain Serguei (une sorte de lémurien ?) se réfugient sur une île déserte sur laquelle ils vont affronter mille dangers… Inventive et super-rigolote, cette nouvelle série, dont un second tome est déjà annoncé pour la mi-2017, ne manque pas de… piquant (désolé, on ne pouvait pas ne pas la faire)
Pol tome 1 « L’île de la stupidité », de Blaise Guinin - éditions Dargaud, 10,60 euros

Le plus instructif

Charmante fable animalière également plutôt destinée à la jeunesse, La souris de Monet raconte l’arrivée d’un petit rongeur à Giverny (où vit le peintre impressionniste Claude Monet). De péripéties plus ou moins angoissantes en rencontres plus ou moins sympas (avec une mignonne souricette, un écureuil galériste etc.), Musnet va se découvrir une ambition inédite pour un souriceau : devenir le plus grand peintre-rongeur ! Outre le fait que l’auteur autrichien Kickliy met en scène des personnages hyperattachants, cette série a l’avantage d’initier les plus jeunes à l’univers de la peinture.
Musnet tome 1 « La souris de Monet », de Kickliy - éditions Dargaud, 12,99 euros

Le plus… inclassable

Encensée par le célèbre auteur britannique Neil Gaiman, la saga de Charles Christopher ne s’articule pas précisément autour d’un animal. Enfin, si, mais pas tout à fait puisque le Charles Christopher en question est un yéti un peu naïf qui cherche inlassablement à comprendre sa condition et ses surprenantes connexions avec la nature. Récompensé par un prestigieux Eisner Award (ainsi que par un Joe Shuster Award) aux États-Unis, ce premier tome drôle et attendrissant, tout public, est l’oeuvre d’un auteur de comics (Karl Kerschl, qui a dessiné les séries Superman, Gotham Academy, Teen titans etc.). Et si les animaux que rencontre son yéti ne sont pas physiquement anthropomorphes, ils causent sans arrêt. Donc, bon…
L’abominable Charles Christopher tome 1, de Karl Kerschl - éditions Lounak, 19,95 euros

Le plus trash

Issu d’un comic-strip hyperpopulaire en scandinavie, Rocky est un drôle de cabot supposé incarner son auteur, le suédois Martin Kellerman. De colocs glauquissimes en jobs bien pourris en passant par des plans sexe foireux, Rocky se révèle LE méga loser du siècle, ce genre de pauvre type qu’on n’a vraiment pas envie de rencontrer. Parfois attendrissant (parce qu’il a quand même une sacrée mouise), souvent détestable (il méprise quasiment tout et tout le monde), cet antihéros canin s’inscrit dans la droite filiation du sus-cité Fritz the cat. Fun, cool mais trash, donc in-dis-pen-sable (quoique pour public averti).
Rocky (anthologie), de Martin Kellerman - Huber éditions, 26,90 euros