Eurovision: Les Russes ne digèrent pas leur défaite et dénoncent une victoire «politique» de l'Ukraine

GEOPOLITIQUE Leur candidat était le favori des bookmakers et il échoue à la 3e place du podium...

20 Minutes avec AFP

— 

Jamala a remporté l'Eurovision pour l'Ukraine, le 14 mai 2016.
Jamala a remporté l'Eurovision pour l'Ukraine, le 14 mai 2016. — JONATHAN NACKSTRAND / AFP

La victoire de l'Ukraine à l’Eurovision, avec une chanson qui évoque la déportation des Tatares de Crimée par Staline passe mal, sans surprise, auprès de la Russie. Plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer une victoire « politique » aux dépens du candidat russe.

« C’est la politique qui a battu l’art »

Dans « 1944 », la chanteuse Jamala, Tatare de Crimée, évoque la déportation de son peuple par les autorités soviétiques lors de la Seconde guerre mondiale. La Russie, qui a annexé la Crimée en mars 2014, y avait vu des sous-entendus « politiques » et avait protesté contre la participation ukrainienne. Grand favori des parieurs, le Russe Segueï Lazarev a finalement échoué à la troisième place.

>> A lire aussi: POurquoi l'Eurovision, c'est aussi de la géopolitique

« Ce n’est pas la chanteuse ukrainienne Jamala et sa chanson 1944 qui ont remporté l’Eurovision 2016, c’est la politique qui a battu l’art », a déclaré aux agences russes le sénateur Frantz Klintsevitch, qui a appelé au boycott par la Russie du prochain concours Eurovision, qui sera organisé en Ukraine.

Les Tatars de Crimée, une communauté musulmane autochtone, s’opposent aux autorités russes depuis l’annexion de cette presqu’île ukrainienne et subissent une forte pression de leur part. L’Ukraine accuse par ailleurs Moscou de soutenir militairement les séparatistes pro-russes de l’Est du pays.

Le candidat russe volé selon un tabloïd russe

Pour le président du comité des Affaires étrangères du Sénat, Konstantin Kossatchev, « c’est la géopolitique qui a pris le dessus ». Et, selon lui, cette victoire à l’Eurovision risque de donner des ailes aux dirigeants ukrainiens, et compromettre ainsi le difficile processus de paix dans l’Est de l’Ukraine. « Pour cette raison, l’Ukraine a perdu », a-t-il écrit sur sa page Facebook, ajoutant que « ce dont l’Ukraine a besoin, de manière vitale, c’est de paix. Mais c’est la guerre qui a gagné ».

Victoire de l’Ukraine, défaite de la Russie : le tabloïd à grande diffusion Komsomolskaïa Pravda publie sur son site un article intitulé « Comment le jury européen a volé la victoire de Lazarev », dans lequel il demande l’annulation des résultats en raison du contenu « politique » de la chanson de Jamala.