Eurovision: On a assisté à la deuxième répétition de la France...

MUSIQUE Après une première répétition diversement appréciée par les médias vendredi, Amir était de nouveau sur la scène de l’Ericsson Globe Arena de Stockholm ce dimanche…

De notre envoyé spécial à Stockholm (Suède), Fabien Randanne

— 

Amir, candidat de la France à l'Eurovision, en répétition le 8 mai 2016.
Amir, candidat de la France à l'Eurovision, en répétition le 8 mai 2016. — Thomas Hanses

« Je me blesse et je recommence », chante-t-il dans J’ai cherché, sa chanson de l’Eurovision. Amir l’a reconnu ce dimanche en conférence de presse, « les commentaires négatifs ont tendance à me motiver ». Arrivé en favori à Stockholm (Suède), où aura lieu la finale du concours musical samedi 14 mai, le chanteur français a essuyé des critiques sévères après sa première répétition, vendredi. Du côté de la salle de presse, ceux qui attendaient beaucoup de sa mise en scène sont restés sur leur faim. Depuis, sa cote chez les bookmakers a reculé. Encore deuxième samedi matin, il s’est fait doubler par l’Ukrainienne Jamala dans la soirée.

>> Voir un aperçu de la répétition, qui ne prend pas en compte la réalisation finale:

Ses détracteurs lui reprochaient notamment d’avoir l’air perdu sur l’imposante scène de l’Ericsson Globe Arena où se tiendra l'Eurovision 2016. Les images de galaxies et de planètes projetées sur les gigantesques écrans LED tout autour de l’artiste tricolore donnaient à certains l’impression qu’il était « avalé » par cette immensité. Les mouvements de caméra n’étaient apparamment pas non plus au point, ce qui n’a pas arrangé les choses et à contribué à attiser un peu plus la rafale de critiques peu indulgentes. « La première répétition devrait être privée et non filmée. Elle est l’occasion de prendre un premier contact avec la scène. C’est comme si on entrait dans les cuisines d’un grand chef alors qu’il essaye une recette pour la première fois », a souligné Nathalie André, la directrice des divertissements de France 2.

« On a encore beaucoup de travail »

Ce dimanche, pour la deuxième répétition à laquelle les médias ont pu assister, la leçon semble avoir été retenue. « On a amélioré  les angles de caméra, la lumière, il y avait davantage de gros plans, mais on a encore beaucoup de travail », explique Edoardo Grassi, le chef de la délégation française. « Cela s’est mieux passé, relève à chaud Nisay Samreth du blog Eurovision-fr.net. Les couleurs sont plus chaudes - il y a désormais un peu de rouge et de rose - et, surtout, Amir est plus mobile. Il va maintenant sur le podium central, où il sera plus proche des spectateurs ». 

Dans l’immense salle de presse où se concentrent les médias du monde entier, l’accueil a été frisquet. Aucune des prestations du Français projetées sur l’un des nombreux écrans n’a eu droit à des applaudissements nourris - contrairement à celles du candidat suédois, qui chante à domicile, ou de l’Italienne.

« Il faut que la réalisation soit plus hachée pour que cela dynamise l’ensemble, suggère Ethan Marchand, webmaster du blog eurovision69.com. Amir est seul sur scène, il ne sait pas vraiment danser alors il faudrait que la caméra se charge de faire bouger tout ça », ajoute le jeune homme qui, plutôt pessimiste, promet une mauvaise place à la France : « Il y a au moins 20 prestations meilleures que celle d’Amir. L’Eurovision, ce n’est pas qu’une bonne chanson, c’est aussi une bonne prestation… »

Amir se sent « plus libre sur scène »

Mais tous les retours sont loin d’être aussi négatifs. Pour Wiwibloggs, le site de référence sur l’Eurovison, le chanteur français « est de retour dans la course à la victoire ». En ce qui nous concerne, si on sent qu’il y a encore des aménagements à faire - certains positionnements et mouvements de caméra paraissent peu judicieux - on aurait tendance à rester optimistes en vue de la grande finale. « Je suis satisfait, a confié Amir à l’issue de la répétition de ce dimanche… Je me sens davantage moi-même, plus libre sur scène. Je vois le positif, on a amélioré ce qui ne fonctionnait pas, mais je vais continuer à travailler notamment sur la voix. » 

Sa première répétition « en costume » aura lieu lundi et, mardi, un extrait d’une minute de sa prestation sera diffusé lors de la première demi-finale. Que les échos soient bons ou mauvais, il n’en demeure pas moins que rien n’est joué d’avance et que ce sera sur sa performance de samedi soir, en finale, qu’il sera jugé par le public européen. Un succès ou une déconvenue sont autant possibles l’un que l’autre mais Amir semble prêt à faire taire ceux qui lui promettent des lendemains qui déchantent.