Tout ce que la série «Marseille»... n’est pas

SERIES La tant attendue « Marseille » arrive sur Netflix ce jeudi 5 mai, avant la diffusion le 12 mai sur TF1. « 20 Minutes » a vu les cinq premiers épisodes... 

Annabelle Laurent

— 

Gérard Depardieu dans Marseille, le 5 mai sur Netflix
Gérard Depardieu dans Marseille, le 5 mai sur Netflix — David Koskas/Netflix

Deux ans qu’on entend parler de Marseille et quatre dates cléMars 2014: quelques mois avant l’arrivée de Netflix en France, le géant américain de la VoD annonce son intention de produire sa toute première série hors de ses frontières… et c’est l’Hexagone qui a été choisi. Cocorico, on bombe le torse. Août 2014, les premiers détails : Dan Franck, plume de Carlos et des Hommes de l’ombre en signe le scénario et Florent Emilio-Siri (Cloclo) et Samuel Benchetrit seront derrière la caméra. Mai 2015, le nom de Depardieu tombe, il sera le maire de Marseille. Suit celui de Benoît Magimel. Beau casting ! Le tournage à l’automne est très suivi, l’attente grandit pendant des mois, Netflix se donne à fond sur le plan promo. Mais il se murmure que le résultat n’est pas à la hauteur. Jusqu’à ce jeudi 5 mai, date de la diffusion auprès des 75 millions d’abonnés. Nous y voilà. Et au final, à en juger par les cinq premiers épisodes mis à la disposition de la presse, voici tout ce que la série… n’est pas !

Ce n’est pas un « House of Cards » français…

« Netflix » + « politique » : les deux mots-clés ont suffi à initier dès le départ la comparaison entre Marseille et House of Cards. « Il sera question de jeux de pouvoir pour la conquête de la mairie avec en toile de fond les rapports avec les syndicats, la mafia mais aussi le monde du football et l’OM », avait expliqué Dan Franck, tout en réfutant rapidement le parallèle et en assurant qu’il n’y aurait pas dans Marseille le cynisme cher à David Fincher et Kevin Spacey.

Mais la comparaison ne tient pas pour une raison encore plus simple : Marseille n’est pas une série politique. Et à l’inverse de la récente Baron Noir (diffusée sur Canal + en février), qui faisait bien de la politique son « personnage principal », elle ne prétend d’ailleurs pas l’être. Dan Franck la présente lui-même comme une « série humaine qui se passe dans un cadre politique » et le répète dans l’interview au Figaro dans laquelle il juge les critiques « excessives » et estime qu’il existe un « malentendu » sur ses intentions.

Robert Taro (Depardieu) règne sur Marseille depuis 25 ans, Lucas Barrès (Magimel) est le protégé censé prendre sa suite… Un vote décisif autour de la création d’un casino va briser l’entente et révéler la rancœur de ce Barrès loin d’être le petit soldat docile imaginé : la lutte intestine est lancée. Une lutte personnelle, pas politique. Et si gravitent autour d’elle la mafia et les barons de la drogue de la cité Félix Pyat, on comprend vite que les déboires sentimentaux de la fille journaliste de Robert Taro (Stéphane Caillard) et les épreuves qu’il traverse avec sa femme (Géraldine Pailhas) vont être tout autant mis en avant…

Nassim Si Ahmed et Stephane Caillard dans Marseille, le 5 mai sur Netflix.
Nassim Si Ahmed et Stephane Caillard dans Marseille, le 5 mai sur Netflix. - David Koskas/Netflix

 

… Ni la bonne série qu’on espérait

Avant la carte Netflix ou le budget – de 800.000 à un million d’euros par épisode, soit « au niveau du marché français et pas du tout dans les prix américains » - comptent et compteront toujours davantage l’écriture, la réalisation et l’interprétation. Et c’est bien là que Marseille déçoit, pour ne pas dire consterne. Soap, magouilles et cocktails Molotov, la série joue sur tous les tableaux : pourquoi pas, après tout.

Le problème, ce sont d’abord ces dialogues explicatifs ou entendus cent fois (« en politique, c’est pas les moyens qui comptent, c’est la fin, il faut mordre », « parfois, je me demande si tu es un loup ou un agneau », la métaphore répétée qui compare Marseille à une femme…). Mais aussi l’interprétation si peu flatteuse du duo de tête, Depardieu en « gentil » finalement sans relief mais surtout Magimel, souvent ridicule notamment pour l’accent marseillais qu’il emprunte par intérim et son rôle de prédateur vulgaire, embarrassant, sans parler des scènes de sexe et la touche subversive racoleuse, la musique d’Alexandre Desplat si omniprésente qu’elle en devient lourde et grandiloquente, ou les schémas archi-classiques comme celui de la journaliste fille à papa qui s’encanaille auprès d’un garçon de la cité qui ne va pas tarder à la traiter de bourgeoise… Du coup, c’est la douche froide.

… Ni la série qui fera rayonner la création française

Si les critiques de Marseille sont aussi sévères (ici, ici ou ici), c’est qu’on aurait aimé que la création française montre aux 75 millions de spectateurs de Netflix l’étendue de ses talents. « Le but est que Marseille soit aimé en France, mais trouve aussi une grande audience au-delà des frontières », espérait le vice-président de Netflix Joris Evers à Séries Mania, le 23 avril, dans le cadre d’une conférence aux allures d’opération marketing d’autant plus flagrantes qu’elle ne dévoilait que six minutes de la série pourtant terminée, le tout sous le nom de « Work in progress ». On voit mal comment Netflix qui ne compterait que 600.000 abonnés en avril 2016, selon une étude récente de Digital Home Revolution, pourra compter sur Marseille pour élargir sa base d’abonnés français, bien que ce soit l’espoir affiché du deal surprise avec TF1 qui diffusera le début de la série le 12 mai sans en proposer la suite avant des mois… « C’est TF1 qui nous a sollicités, assurait Joris Evers à Séries Mania, en clamant, au sujet de Marseille : « Nous en sommes très fiers ». Que pouvait-il dire d’autre ?