Redouanne Harjane, l'humoriste de l'absurde au chapeau et à la guitare (mais pas que)

PORTRAIT Sous son chapeau et derrière sa guitare, Redouanne Harjane marie la musique et le rire dans un cocktail humoristique où se côtoient l’absurde et la poésie…

Clio Weickert

— 

Redouanne Harjane est à l'affiche de «nouveauspectacle» à travers la France
Redouanne Harjane est à l'affiche de «nouveauspectacle» à travers la France — Julien Lienard

Coiffé de son chapeau, et campé derrière sa guitare, sur scène Redouanne Harjane donne de la voix et manie l’art de l’absurde. Actuellement en « rodage » sur les routes de France avec son (nouveauspectacle), il se produira notamment à Paris les 27 et 28 mai prochain au Café de la danse, où il apportera son regard décalé sur des sujets aussi divers que variés, de la tombe d’un exhibitionniste au racisme, en passant par le type de montres que portent les femmes fontaine. Mais qui se cache derrière ce personnage à la fois sombre et lumineux, tantôt perché, tantôt ultra-lucide ? Un jeune homme de 31 ans avec de nombreuses cordes à son arc, qui navigue habilement entre gravité et légèreté.

« A moitié rêveur, à moitié loser »

« A moitié rêveur, à moitié loser, sans thunes, sans taf, sans futur, mais toujours la tête dans les nuages ». Une rengaine que fredonne le comédien depuis quelques années déjà, et qui ponctue les envolées absurdes de son spectacle. Un show difficile à qualifier, car au lieu des habituels sketchs, le public assiste à une multitude de réflexions, sorte d’association libre musicale sur la vie, la mort ou le sexe.

Des pensées qui s’échappent de la tête de Redouanne Harjane, qui campe un personnage à la voix rauque, à l’air complètement largué. « Ce personnage est un peu en moi », a-t-il expliqué à 20 Minutes, « mais il est peut-être aussi symptomatique de toute une génération, de toute une société. Nous vivons à une époque où nous sommes finalement tous à moitié rêveurs et à moitié losers. On est paumés avant même de constater ce qu’il se passe autour de nous, et il se passe ce qu’il se passe autour de nous, parce qu’on est paumés ».

Mais si Redouanne Harjanne avoue parfois être un peu largué, il ne l’est pas tant que ça. « C’est sûrement un rêveur, mais un loser non ! », précise Nicole Schluss, sa manager. « Il est extrêmement sensible et de ce fait il est très clairvoyant. Et il peut passer d’un moment très sombre à un moment très clair ». « Je ne me trouve de réalité qu’à parler de choses absurdes », écrit-il notamment sur Twitter.

Un chansonnier des temps modernes ?

Derrière cette performance et ces réflexions pas si éphémères qu’il égrène sur scène, se cache un artiste qui ne cherche pas vraiment à rentrer dans des cases. « Je dirais peut-être un chansonnier car j’aime l’idée d’être touche-à-tout, de pouvoir tout faire ». Et l’artiste a en effet plusieurs cordes à son arc : guitariste, pianiste, comédien, scénariste, chroniqueur… Difficile de lui coller une étiquette. Et son parcours est à l’image de cette palette d’activités.

Passé par les cours Simon, il s’est fait repérer par Jamel Debbouze en se rendant aux scènes ouvertes du Jamel Comedy Club. L’humoriste a notamment produit son premier spectacle, Dans la tête de Redouanne Harjane. Mais ce n’est pas tout. Redouanne a également fait une apparition dans la série courte Bref, tenu des chroniques dans le Supplément de Canal, sur France Inter, et est apparu dans le film d’Orelsan, Comment c’est loin.

Proche d’Oxmo Puccino (ils sont notamment suivis par la même manager), il a assuré les premières parties du rappeur durant quelques mois, avant de se lancer en solo. « J’ai accepté de travailler avec lui pour ce caractère unique », explique Nicole Schluss. « Il passe de la comédie au stand up, à la chanson, à l’écriture de scénario, de séries, c’est un artiste très complet, et c’est ça qui m’a plu. Il ne se catégorise pas dans un genre, il est multiple ». Et partout. Très connecté, Redouanne Harjane squatte également Snapchat,Instagram, et Twitter, où il se montre aussi grave, que léger.

Difficile à suivre

« Ma vie c’est comme mon CV, mais en moins bien », plaisante Redouanne Harjane sur scène. Difficile à croire vu son véritable curriculum vitae, d’autant que l’artiste ne compte pas s’arrêter là. Dans les mois à venir, son public pourra le retrouver sur scène, mais aussi sur la toile et dans les salles obscures.

Il tourne actuellement une Web série avec Oxmo Puccino, et sera la tête d’affiche de M, le premier long-métrage de Sara Forestier. Si son goût pour l’absurde et sa trajectoire peuvent être difficiles à suivre, Redouanne Harjane quant à lui sait très bien où il va, « là où je peux me surpasser et où je peux donner le meilleur de moi-même ». De grandes chances qu’on en entende longtemps parler donc, ici ou là.