Renaud: Les raisons d'un retour réussi

MUSIQUE Le nouvel album du chanteur intitulé « Renaud » a réalisé vendredi la meilleure vente d’albums depuis plus de dix ans sur une semaine…

V. J.
— 
Le chanteur Renaud à Paris le 7 janvier 2016.
Le chanteur Renaud à Paris le 7 janvier 2016. — Francois Mori/AP/SIPA

Ce n’est plus un simple succès, mais un véritable phénomène. Avec 300.000 exemplaires écoulés en une semaine, le nouvel album éponyme de Renaud réalise la meilleure vente depuis treize ans. Le chanteur français est dans tous les médias, de toutes les conversations, et il est fort à parier qu’un de vos parents, beaux-parents, voisins ou amis a lâché ce week-end : « Tiens, on a acheté le nouveau Renaud », comme il avait dit en 2007 : « Tiens, on a vu Bienvenue chez les Ch’tis. » Le premier constat que l’on pourrait tirer de ce triomphe est que l’industrie du disque ne se porte pas si mal, puisque les ventes de Renaud concernent à 90 % le physique, le CD.

>> A lire aussi : VIDEO. Les cinq tubes qui ont fait de Renaud une star

Un succès générationnel

« C’est une légende que le CD est mort et enterré, répond Bertrand Dicale, journaliste musical et auteur de la chronique Ces musiques qui font l’actu sur France Info. En 2014, le nombre de disques vendus était au même niveau qu’en 1979, et ce n’est que l’année dernière que la parité physique-numérique a été atteinte. » Il voit dans les 275.536 Compact Discs vendus du nouveau Renaud un succès générationnel : « Même avec une exposition identique, Beyoncé, Maître Gims ou Aznavour n’auraient pas fait mieux. Le public de Renaud avait 15 ans en 1977, à l’époque de Laisse béton, a moins de 60 ans aujourd’hui et a acheté des disques toute sa vie. »

>> A lire aussi : Renaud se met à nu... et c’est un peu gênant

Un retour des enfers

Une des autres raisons de ce succès est à chercher dans l’histoire même de Renaud, l’histoire d’un retour, d’une résurrection. Entre des médias qui l’annonçaient fini et ses problèmes avec l’alcool, le chanteur est, selon l’expression consacrée, « revenu des enfers ». Pour Bertrand Dicale, cette renaissance ne s’est d’ailleurs pas faite n’importe comment. Renaud ne s’est pas assis sur le divan de Michel Drucker, il a fait de Grand Corps Malade, pour qui il a écrit une chanson, son messager : « C’était émouvant de le voir réécrire et retrouver la magie. » Du côté de sa maison de disques, l’album était bien sûr attendu comme un événement : « Renaud est l’un des plus gros vendeurs de disques, rappelle Thierry Chassagne, président de Warner Music France. Mistral gagnant est la chanson française préférée de tous les temps. Or, il n’avait pas sorti d’album depuis dix ans, et avec les hommages de La Bande à Renaud, on a senti quelque chose, une attente du public, de ses fans. »

Un bon disque ?

Si ce nouvel album n’a pas convaincu 20 Minutes, Bertrand Dicale trouve que Renaud est meilleur que son dernier Molly Malone - Balade irlandaise sorti en 2009, « un échec à tous points de vue » (sa maison de disques préfère parler de « side project »), et même meilleur que Rouge sang et Boucan d’enfer. « Il y a du niveau et aucune mauvaise chanson, précise le journaliste. La réalisation est très propre, les arrangements ont été travaillés. Le seul souci aurait pu être la voix, en mauvais état, mais ils l’ont sauvée. »

>> A lire aussi : Renaud réalise la meilleure vente d'albums depuis plus de 10 ans sur une semaine

Génération Renaud

De quoi devenir le disque le plus vendu depuis plus de dix ans ? Pour Thierry Chassagne de Warner, Renaud est revenu à un moment clé, un moment où la parole (des politiques, des sportifs…) s’est un peu perdue : « Il parle vrai, il chante vrai. » Bertrand Dicale abonde dans ce sens : « Renaud incarne très bien une part de la France – celle des concerts et des bistrots – qui a été frappée par les attentats et qui a envie de se ressouder. » Les plus jeunes seraient la Génération Bataclan, et les plus âgées la Génération Renaud. Des chansons comme Hyper Cacher (lui qui a été taxé d’antisémite) ou J’ai embrassé un flic (lui qui ne manquait pas une occasion, et une chanson, pour les égratigner) participent à cette impression, ce mouvement. « C’est impressionnant de voir des artistes comme Renaud, si puissants, presque mythologiques, sortir un album qui s’annonce personnel, égocentrique, et se révèle collectif, émotionnel », conclut le chroniqueur de Ces musiques qui font l’actu, mais également de Ces musiques qui font l’histoire sur France Info. Tout est dit.