Attentats à Bruxelles: Plus que jamais, «Tintin est un symbole de tolérance et d'humanisme»

CULTE Les reprises de l’image de Tintin sur les réseaux sociaux mettent-elles leurs auteurs en danger judiciaire ?

Olivier Mimran
— 
Immeuble des éditions Le Lombard à Bruxelles
Immeuble des éditions Le Lombard à Bruxelles — Moulinsart SA & éditions Le Lombard

Comme ceux de Paris en novembre 2015, les attentats de Bruxelles ont inspiré beaucoup de dessins-hommages, de la part d’artistes connus et anonymes, sur les réseaux sociaux. Parmi ceux-ci, beaucoup ont, très naturellement, réutilisé la figure du héros le plus emblématique de la bande dessinée belge : Tintin. Or on sait que Moulinsart, la société qui gère l’exploitation commerciale de l’œuvre d' Hergé, s’est souvent montrée très pointilleuse en la matière. Comment se positionnera-t-elle en de pareilles circonstances ?



« Cette utilisation spontanée de Tintin peut se comprendre car chacun s’empare des symboles qui le touche dans des circonstances aussi dramatiques » a confié à 20 Minutes Benoît Mouchart, directeur éditorial BD des éditions Casterman et spécialiste d’Hergé (il a écrit « Hergé, un portrait intime du père de Tintin » en 2011 aux éditions Robert Laffont). « Tintin représente une part d’enfance et de pureté, au-delà de l’œuvre d’Hergé et de ses albums. Il en est de même pour les chansons de Brel ou de Dick Annegarn, qui font aussi écho dans cette période de ténèbres ».



Quant à la réaction de la société Moulinsart, « se poser la question d’éventuelles poursuites à l’encontre d’artistes uniquement guidés par leur émotion relève carrément de l’indécence », s’insurge Benoît Mouchart. « Je viens de parler à Nick Rodwell (l’administrateur délégué de la société Moulinsart) qui comprend tout à fait le phénomène, Tintin restant un symbole de tolérance et d’humanisme. Moulinsart, comme les éditions Casterman (qui éditent Tintin) est dans le temps du deuil et de la compassion envers les victimes et leurs familles et n’envisage absolument aucune action en justice ».