Samy Naceri s'explique sur son clip «Seconde Chance»

BUZZ Interrogé par la « Nouvelle Edition » de Canal +, l’acteur Samy Naceri a notamment confié qu’il voulait « se rapprocher de son public »…

C.W.

— 

L'acteur Samy Naceri à la générale de la piece «Garde Alternee» au théâtre des Mathurins à Paris le 6 mars 2016
L'acteur Samy Naceri à la générale de la piece «Garde Alternee» au théâtre des Mathurins à Paris le 6 mars 2016 — RAYMOND DELALANDE/SIPA

LA grosse surprise de la semaine. Ce mercredi, on découvrait avec stupéfaction le nouveau projet de Samy Naceri, Autre regard, un album de slam, dont le premier single et son clip ont fait sensation. Dans Seconde chance, l’acteur évolue en chasseur dans une forêt, accompagné de son labrador. Après avoir créé le buzz et provoqué l’étonnement, il s’est expliqué sur cette vidéo surréaliste.

>> A lire aussi: Entre chasse et introspection, Samy Naceri se la joue désormais rappeur

« Je n’aime pas spécialement la chasse, je trouve que le look était sympa »

Interviewé par La Nouvelle Edition de Canal +, Samy Naceri a tenté d’éclaircir quelques zones d’ombre, à commencer par la simple question de « pourquoi cette reconversion dans l’industrie musicale ? ». « J’avais envie de me rapprocher de mon public », explique-t-il, « et au lieu de faire des interviews et d’expliquer le pourquoi du comment, du passé du présent et du futur, j’ai eu envie de la raconter en images, en histoire et en chansons. » OK. « Là c’est Samy Naceri qui parle, c’est Samy Naceri qui a écrit en collaboration avec une amie. Je ne demande pas une seconde chance, je la prends », poursuit-il.

Quant à ce look improbable, l’artiste est resté plutôt évasif. « Je n’aime pas spécialement la chasse, je trouve que le look était sympa, ça fait un peu forêt (…) ça change un peu des boîtes de nuit et des étiquettes qu’on a voulu me coller jusqu’à maintenant ! ». Autre argument pour justifier ce parti pris champêtre, « c’est joli, il y a un peu de paysage ! ». Bien entendu, Samy Naceri n’a pas caché que « le buzz » était l’objectif de ce projet : « on espère bien qu’en se cassant les pieds depuis quatre mois, en se mettant quand même torse nu dans la forêt au mois de décembre, t’as envie de faire un petit peu de buzz quand même ! A te geler les cacahuètes pendant trois heures… » Pari réussi ? Il a fait couler beaucoup d’encre en tout cas.