Les slippers modernisés par une start-up française

Mode A l'origine, cette paire de chaussures avait été créée pour le Prince Albert...

Coralie Lemke

— 

Une chaussure plate pour être à la fois élégante et à l'aise.
Une chaussure plate pour être à la fois élégante et à l'aise. — Chatelles

Des couleurs pastel et un univers estival, voilà le thème des prochaines slippers Chatelles. La marque prépare une collection capsule « Riviera » qui sortira au printemps. La marque a réussi le pari de transformer des chaussures d’intérieur pour hommes en chaussures d’extérieur pour femmes. Créée il y a 3 ans et demi, elle a remis les slippers au goût du jour. Plus moderne que les mocassins et moins classique que la ballerine, on reconnaît cette chaussure à sa languette arrondie.

« Originellement créées pour le Prince Albert, elles étaient déjà portée il y a 200 ans dans les grandes cours européennes. Les hommes la mettaient comme une chaussure de luxe dans leurs appartements », explique François du Chastel, créateur de la marque.

A paillettes et à pompons

Aujourd’hui, adaptées à des pieds féminins, elles se parent de paillettes, de fourrure ou de vernis. « Chaque paire est personnalisable avec des broderies ou des pompons. » En tout, il en existe une centaine de modèles. Pourtant, rien ne prédestinait François du Chastel à tant de créativité.

D’abord employé dans la banque Merrill Lynch à Londres, il se fait licencier en 2008, au plus fort de la crise financière.  François du Chastel choisit alors le luxe comme nouveau terrain de jeu. « Je n’aimais pas le milieu de la banque, très austère et dur. Alors que la mode m’a toujours beaucoup amusé », explique-t-il. Sans expérience et sans contacts dans ce domaine, il se lance dans cette nouvelle aventure par goût du challenge.

Il choisit la chaussure féminine pour des raisons de cœur. « J’avais fait broder des vers de Victor Hugo dans une paire de chaussures pour ma petite-amie à Londres. » Depuis, la petite-amie est partie mais son amour pour les souliers est resté.

Allier confort et élégance

Alors qu’il ne connaît rien au monde de l’habillement, François du Chastel commence par recruter une amie dessinatrice, qui avait déjà travaillé pour Kenzo. Une fois les modèles imaginés, ils partent faire le tour des usines pour trouver où faire produire leurs slippers. « Il s’est avéré que le Portugal est très compétent concernant la fabrique de chaussures. Du coup, tous nos modèles sont faits là bas. »

Le savoir-faire des artisans permet d’allier confort et élégance. « J’ai vu trop de femmes autour de moi qui souffraient en talons pour avoir de l’allure », raconte François du Chastel.  Grâce aux 22 millimètres de talons en caoutchouc et à une semelle intérieure matelassée en latex, les amatrices de mode peuvent maintenant être chic dans des chaussures confortables comme des pantoufles.