Ariel Wizman:«Le cerveau de Jean-François Bizot fonctionnait à cent à l’heure»

CULTURE Ariel Wizman rend hommage au fondateur de Radio Nova, disparu samedi...

Propos recueillis par Alice Antheaume

— 

Il était l’un des protégés de Jean-François Bizot, disparu ce samedi. Ariel Wizman rend hommage au fondateur de Radio Nova et du magazine «Actuel».

«Je l’ai rencontré pour la première fois à la fin des années 80. J’avais écrit un article un peu méchant sur la guéguerre entre deux journaux de l’époque, «Globe» et «Actuel». Bizot, en tant que fondateur  d'Actuel, était cité. Du coup, il m’avait contacté, c’était son côté très rentre-dedans. Et en fait, le sujet l'a fait rigoler. Au fond, il voulait savoir ce que les gens avaient dans le crâne. Puis, il m’a commandé un premier article pour «Actuel», sur le cyber-punk.

Plus tard, un jour que je travaillais dans la rédaction d’«Actuel», au 5ème étage de l’immeuble où se trouve aussi Radio Nova, Bizot m’a appelé: «descends dans cinq minutes, on voudrait faire un essai de voix pour Nova». Cinq minutes plus tard, j’étais au 4ème étage, à à l’antenne de la radio, en direct, à raconter je ne sais plus quoi. Le lendemain, Edouard Baer me rejoignait. Et quelques jours plus tard, j’avais une émission quotidienne sur Radio Nova. La seule personne avec qui ça allait aussi vite qu’avec Bizot, c’est Alain De Greef, ancien directeur de Canal.
 
Jean-François Bizot était quelqu’un de très humble. Et sous ses dehors d’enfant terrible, il avait une très grande sagesse. Son cerveau fonctionnait à cent à l’heure. Et malgré ce que l’on disait, il n’oubliait jamais rien.
Vous savez, même les gens qui ne connaissaient pas Jean-François ne savent pas à quel point son individualité va leur manquer.»