«House of Cards»: Etes-vous prêt pour la saison 4?

SERIES TV Huit choses à savoir avant de reprendre «House of Cards», de retour ce vendredi sur Netflix France pour une saison 4…  

Annabelle Laurent

— 

Frank Underwood (Kevin Spacey) sur la page d'accueil du site créé par Netflix pour la saison 4 de «House of Cards».
Frank Underwood (Kevin Spacey) sur la page d'accueil du site créé par Netflix pour la saison 4 de «House of Cards». — Netflix

House of Cards, round 4. Alors que Trump et Clinton viennent de sortir grands vainqueurs du Super Tuesday, Frank Underwood fait son retour sur scène ce vendredi 4 mars sur Netflix France ( surprise…), avec la ferme intention de briguer un second mandat à la tête du pays. Etes-vous dans les starting-blocks ? Huit choses à savoir avant d’entamer la saison 4 et ses 13 épisodes. Garanti sans spoilers.

>> A lire aussi : «House of Cards» sera finalement diffusée sur Netflix

Neve Campbell est de la partie

Vous n’avez pas raté l’annonce de cette nouvelle venue en juillet dernier : Neve Campbell joue le rôle de Leann Harvey, une collectrice de fonds démocrate qui va s’engouffrer (la pauvre) dans les magouilles machiavéliques du couple Underwood. Mais n’oublions pas que Neve Campbell a traversé la saga Scream, elle n’a plus peur de rien. Autre nouveauté au casting, la mère de Claire, Elizabeth, interprétée par Ellen Burstyn (Requiem for a Dream).

Vous n’avez pas besoin de binge-watcher les trois saisons 

Pour rattraper l’intrigue, tout est là, résumé par Mashable dans la vidéo ci-dessous, qui nous rappelle que cette série, c’est « à 85 % Frank Underwood qui se frotte les mains avec un air menaçant ». Et nous rafraîchit la mémoire : dans la scène inaugurale en 2013, Kevin Spacey abattait un chien sans sourciller. Ce n’était que le début.

Si vraiment vous avez la mémoire très courte, rappelez-vous que la saison 3 se terminait avec [passez votre souris si vous l’avez vue] Claire quittant la Maison-Blanche… La fin définitive du légendaire power couple ? Cette nouvelle saison marque parallèlement le grand retour de son bras-droit Doug Stamper (Michael Kelly)… 

«House of Cards », c’est aussi « un château de cartes »

Et on remercie les enfants de nous le rappeler. Le 23 février, Jimmy Kimmel invitait Kevin Spacey dans un « Master Class Junior » et lui proposait de lire des scènes d’House of Cards inventées par des enfants. Il le prévient : « On ne leur a donné aucune règle. On leur a juste demandé d’écrire autour du titre, House of Cards. » La série perd subitement de sa cruauté, puisqu’il est désormais question de « maisons construites entièrement en cartes »… 

Ce n’est pas la dernière saison..

Vous n’avez pas fini de voir Frank Underwood magouiller : une saison 5 de House of cards est attendue pour 2017, a annoncé Netflix à la fin du mois de janvier.

… Mais c’est la dernière de Beau Willimon

La saison que vous allez entamer est cependant la dernière écrite par le showrunner historique Beau Willimon, qui quitte le navire pour travailler sur le scénario d’un long-métrage. Est-ce de mauvais augure pour la suite ? Ex-conseiller politique pour les campagnes d’Hillary Clinton, Bill Bradley et Howard Dean, c’est à Beau Wilimon que l’on doit l’adaptation de l’anglaise House of Cards, même si son nom est souvent éclipsé par celui de David Fincher. La série anglaise était quant à elle  inspirée du livre de Michael Dobbs, l’ex-secrétaire général du parti conservateur sous Margaret Thatcher.

A lire aussi: Notre interview de Michael Dobbs, créateur d'«House of Cards»

Beau Willimon, interviewé par Vice: 

Underwood battrait Donald Trump à plates coutures…

C’est ce qu’affirmait Kevin Spacey à CNN en septembre dernier. « Il tuerait Donald Trump [He would kill Donald Trump]. Et Trump ne serait jamais parvenu jusqu’aux élections. » Depuis, Kevin Spacey qui n’a pas cessé d’être interrogé sur le sujet privilégie des réponses plus prudentes. Comme en témoigne sa dernière intervention à la conférence de presse où son portrait géant à la Smithsonian National Portrait Gallery de Washington était dévoilé. « Écoutez, j’ai moi-même une élection fictive à gagner, je ne peux pas passer mon temps à réfléchir à ce qu’il se passe dans le monde réel ». Malin, le Frankie.

… car Underwood n’est pas un personnage de fiction

En tout cas pas si vous allez voir son site de campagne, où Netflix propose aux fans de télécharger des affiches de campagne. Netflix avait également diffusé une fausse publicité électorale en décembre, en plein milieu du débat républicain sur CNN.

« La démocratie est bien trop surestimée »

Et « personne n’est un boy scout. Pas même les boys scouts eux-mêmes ». Paroles de Frank Underwood, ou « frankismes » bien connus : le Telegraph en rappelle une bonne partie à l’occasion de cette saison 4. A méditer si vous voulez vous imbiber des paroles du gourou Underwood, en plus des innombrables Tumblr et posters à citations ou montages YouTube réalisés dépuis le début de la série.