Jean-François Bizot, l'hyperactif foutraque, est mort

DISPARITION Le fondateur de Radio Nova est décédé d'un cancer...

Alice Antheaume

— 

Jean-François Bizot, 63 ans, est mort samedi soir. Fondateur de Radio Nova en 1981 (avec Michel-Antoine Burnier, Bernard Kouchner, Patrick Rambaud), de la radio TSF, et avant, en 1970, du magazine «Actuel», l'homme était un déjanté qui s'assumait.

La «créativité brouillonne»

Héritier d'une fortune lyonnaise, observateur de tous les mouvements dits «undergrounds», pionnier des radios libres, Bizot a, toute sa vie, été à la fois hyperactif et insatiable. Il ne cessait de danser et de poser des questions, se souviennent ses proches. Le journaliste ne prenait jamais de vacances, ou s'il acceptait d'en prendre, c'était pour y faire des reportages. De préférence en Afrique, à Soweto ou Abidjan.

Pour lire l'hommage de Paul Moreira, cliquez ici

Il a tourné un film, «La Route» (1973), écrit une enquête, «Au Parti des socialistes» (1975) avec Léon Mercadet et Patrice Van Eersel, rédigé un roman, «Les Déclassés» (Sagittaire, 1976) et conçu un livre d’art, «Underground, l’histoire» (Denoël, 2001). Il aussi lancé quelques unes des personnalités du Paf d'aujourd'hui, dont Ariel Wizman, Edouard Baer et Jamel Debbouze.

Un «moment de faiblesse»

Puis, Bizot, qui détestait les dimanches, a eu ce qu'il appelait «ce moment de faiblesse»: un cancer. C'est de cela qu'il est mort.

«Je perds un membre de ma famille, a dit Jamel Debbouze à l'antenne de Radio Nova dimanche soir, je suis foudroyé. Si des mecs comme moi ont pu s'exprimer librement, c'est grâce à lui (...) La première fois que je l'ai vu, il m'a dit "t'es nul mais tu ne le resteras pas longtemps".»

Dans la discothèque de Jean-François Bizot, qui faisait des kilomètres de long et irriguait la programmation de Nova et TSF, il y avait du jazz, beaucoup, et de la musique africaine. Mais surtout, il y avait ce titre d'Ernest Ranglin, «Below the bassline», qui figurait parmi ses chansons préférées.

«Nova et TSF continueront, a promis Edouard Baer sur l'antenne de Radio Nova dimanche soir. Merci Jean-François. Pour la vie. Pour la mienne, merci.»

Réactions officielles:
- Malek Boutih, secrétaire national du PS aux questions de société, a salué l'«un des premiers militants antiracistes, faisant découvrir en France la culture noire américaine, la musique africaine, le rap, le raï, et ouvrant la voie à ceux qui ne sont pas dans la culture dominante».
- Christine Albanel, ministre de la culture, a aussi rendu hommage à «cet immense journaliste qui durant plus de trente ans a inlassablement capté les tendances et les évolutions de notre société en contribuant activement à les faire émerger et partager par de nombreuses générations».