Preview BD: Comment Spirou a enfin retrouvé le Marsupilami

BD Les éditions Dupuis et « 20 Minutes » ont le plaisir de vous présenter les premières planches du 55e tome des aventures de Spirou et Fantasio…

Olivier Mimran

— 

Spirou dans
Spirou dans — Yoann, F. Vehlmann & éd. Dupuis 2016

Pour leur cinquième récit depuis qu’ils ont repris les rênes des aventures de Spirou et Fantasio, le scénariste Fabien Vehlmann (Seuls, Le marquis d’Anaon) et le dessinateur Yoann (Toto l’ornithorynque) reconvoquent le Marsupilami. À ceux qui ne s’en émouvront guère, il faut rappeler que la sympathique créature – créée par Franquin, en 1952, dans Spirou et les héritiers — n’était plus réapparue dans la série dont elle était pourtant issue depuis… 46 ans ! Fabien Vehlmann a expliqué à 20 Minutes comment ce petit miracle a été rendu possible. Retrouvez son témoignage à la suite de la preview ci-dessous. Bonne lecture !

Résumé : Spirou doit se rendre à l’évidence devant les photos du Marsupilami offertes par Don Contralto (à la fin du tome 54) : il n’a aucun souvenir de cette aventure. Et Fantasio pas plus que lui. Tout ça ne peut avoir qu’une explication : ils ont été zorglondisés pour leur faire oublier qu’ils ont été un jour les amis du Marsupilami. Tous deux (plus Spip) décident donc de partir en Palombie pour le retrouver. Mais avec les Indiens awaks, un Marsupilami furieux de cette trahison et un guide aussi machiavélique que Zantafio, le voyage risque d’être mouvementé…

Une histoire de droits

En combinant beaucoup d’action et une bonne dose d’exotisme (avec un retour en Palombie), le scénario de ce 55e tome répond parfaitement au cahier des charges de la série des aventures de Spirou. Mais il se distingue surtout en y réintégrant un Marsupilami qui n’aurait jamais dû le quitter. « Le problème, nous explique Fabien Vehlmann, c’est qu’un souci juridique a longtemps interdit de faire de nouveau apparaître la créature dans la série : Franquin avait en effet cédé les droits du Marsupilami aux éditions Marsu Productions. Mais les éditions Dupuis ayant racheté Marsu Productions en 2013, la possibilité de réutiliser le Marsupilami s’est offerte à Yoann et moi… Autant vous dire qu’on ne s’est pas fait prier (rires). »

« Avant nous, tous les repreneurs des aventures de Spirou et Fantasio ont eu l’envie de réintégrer le personnage du Marsupilami, parce qu’il est incroyablement lié à la série – ce que savant ceux qui la connaissent bien, mais que beaucoup de jeunes lecteurs ignorent », précise Fabien Vehlmann. Il est vrai que la bestiole a longtemps (18 ans d’affilée, de 1952 à 1970) été un compagnon d’aventures de Spirou et Fantasio. Faute de pouvoir l’utiliser, certains auteurs comme Tome et Janry se contentaient donc de clins d’œil, d’allusions : un « Houba houba », le cri du Marsupilami, est par exemple « entendu », en 1989, dans le tome 41 La vallée des bannis.

Le pourquoi du comment

« Aujourd’hui, Yoann et moi avons la chance de pouvoir clore un chapitre qui ne l’avait jamais vraiment été – celui de la “disparition” du Marsupilami », se réjouit Fabien Vehlmann. « Je dis "la chance" car pour moi, le plus important n’était pas que le Marsupilami soit ou non dans la série, mais pourquoi il n’y était plus. On a donc essayé de raconter ce qu’il s’était passé, de manière fictive, entre sa disparition et sa réapparition, et pourquoi c’était arrivé… »

Impossible de vous dévoiler sans spoiler « l’astuce » qu’emploie Vehlmann pour justifier une si longue absence. Sachez juste qu’elle est très habile, et crédible (ce qui n’était pas évident). Voici donc le Marsupilami de retour aux côtés de ses meilleurs compagnons d’aventures… du moins pour cet album. « Pas sûr qu’il soit dans le prochain, ni le suivant », confie Fabien Vehlmann. « L’essentiel était de lui permettre de revenir, et j’espère que notre proposition satisfera les vieux fans comme les jeunes lecteurs. Pour le reste, on avisera plus tard… ».

Spirou et Fantasio t55 « La colère du Marsupilami », par Fabien Vehlmann & Yoann - éditions Dupuis, 10,60 euros En librairie le 02 mars 2016

Mots-clés :