Kev Adams a bien grandi, en voici la preuve

CULTURE Depuis ses premiers passages sur le plateau de « On n’demande qu’à en rire » sur France 2 en 2010, Kev Adams a fait un petit bout de chemin…

C.W.

— 

Kev Adams sur le plateau de «Vivement dimanche» sur France 2 le 3 février 2016
Kev Adams sur le plateau de «Vivement dimanche» sur France 2 le 3 février 2016 — PJB/SIPA

Kev Adams en a-t-il fini avec l’image d’éternel ado qui lui colle à la peau ? Ce mercredi, les spectateurs vont pouvoir le découvrir dans un rôle radicalement différent. Dans Amis publics, l’acteur de 24 ans incarne un jeune homme prêt à tout pour concrétiser le rêve de son petit frère, atteint d’un cancer incurable. Encore une comédie, mais sur un sujet beaucoup moins léger que ses films précédents. « Je ne me vois pas cantonné dans un seul registre », a confié Kev Adams à 20 Minutes. A-t-il définitivement tourné les pages du petit rigolo de la classe et de l’ado de service ? Voici en tout cas cinq preuves qui montrent que Kev Adams a bien grandi.

>> A lire aussi : Kev Adams veut se « montrer digne des fans qui ont grandi en même temps » que lui

Il a clos le chapitre « Soda »

Peu de temps après son passage remarqué sur le plateau d’On n’demande qu’à en rire sur France 2 en 2010, Kev Adams enchaîne sur Soda, sur W9. Dans cette série humoristique, il interprète Adam, un lycéen un peu paumé, qui avec ses deux acolytes Slim (William Lebghil) et Ludo (Gaël Cottat), passe plus de temps à draguer les minettes et à faire enrager ses parents, qu’à réviser son bac. Si Soda a permis à Kev Adams de se faire aimer du grand public, la série l’a également enfermé dans le rôle de l’ado. Mais le 23 décembre dernier, dans Le rêve américain, le téléfilm qui clôt la série, l’acteur a tiré sa révérence et rangé son costume de lycéen.

Il cartonne au cinéma

Les Profs, en 2013, a lancé sa carrière. Depuis, on l’a aperçu dans Fiston avec Franck Dubosc ou dans Les Profs 2. Mais c’est bel et bien dans Les Nouvelles Aventures d’Aladin l’an dernier, que le jeune acteur a éclaté. Une comédie où il tient le rôle principal et qui en dépassant les 4 millions de spectateurs a été LE carton français au box-office en 2015. Un pari gagnant pour Kev Adams, qui attire désormais les foules dans les salles obscures, et pas seulement sur le petit écran.

Il s’attaque à des sujets plus sérieux

Fini les rôles de sales gosses, le jeune homme endosse à présent celui du grand frère. « Faire rire n’empêche pas de donner à réfléchir. J’aime l’idée de sensibiliser mes fans à toutes sortes de problèmes tout en leur communiquant des valeurs positives telles que le respect de la famille et l’amitié », a-t-il expliqué à 20 Minutes. Un positionnement beaucoup plus mature, même s’il ne veut pas pour autant abandonner la comédie, et rêverait d’avoir une carrière à la Robin Williams.

Adoubé par Gad Elmaleh

Kev et Gad, c’est l’événement humoristique de l’année. A partir du 8 octobre 2016, le roi de l’humour partagera la scène avec l’interprète d’Aladin, dans un spectacle intitulé Tout est possible. Fini le Young Man Show, son premier spectacle solo (de 2009 à 2012), Kev Adams va désormais jouer dans la cour des grands.

Un passage chez Michel Drucker remarqué

Début février, l’acteur s’est assis dans le canapé tant convoité de Michel Drucker. Invité de Vivement Dimanche, Kev Adams a passé l’épreuve du feu haut la main, et s’est montré particulièrement émouvant, notamment lorsqu’il a délivré un message à sa mère. Un passage remarqué sur cette émission culte de France 2 et une jolie vitrine pour se présenter à un public légèrement plus âgé que celui de Soda.