Le film «Bang Gang» dans le viseur d'une association catholique

SOCIETE L'association Promouvoir tente de durcir l’interdiction aux moins de 12 ans qui touche déjà le film d'Eva Husson...

20 Minutes avec agence

— 

Bang Gang
Bang Gang — Ad Vitam

Elle avait, en 2000, réussi à faire annuler le visa d’exploitation de Baise-Moi et l’an dernier, celui de La Vie d’Adèle. L’association catholique Promouvoir a, cette fois-ci, dans son viseur le film Bang Gang.

Dans son long-métrage, sorti en salles le 13 janvier, Eva Husson filme sans fard plusieurs scènes de sexe réalistes entre adolescents. Logique, puisque Bang Gang raconte la vie amoureuse de lycéens explorant leur sexualité et cherchant à en définir les limites.

>> A lire : « Promouvoir » : L’association qui combat le sexe et la violence au cinéma

Le jugement du CNC jugé trop « laxiste »

Une logique qui pourtant ne plaît guère à l’association Promouvoir qui tente, par la voix de son avocat et cofondateur André Bonnet, de durcir l’interdiction aux moins de 12 ans dont Bang Gang a déjà écopé. Pour l’organisation, le jugement du Centre national du cinéma et de l’Image animée (CNC), en charge des interdictions, est trop « laxiste ». Promouvoir, qui avait demandé, en vain, à voir le film avant son passage devant la commission, estime même que ce CNC est un organe « acquis aux pornographes ».

Reste que le long-métrage d’Eva Husson pourrait bien disparaître des salles avant qu’une nouvelle décision ne soit prise, note Le Figaro. Qu’importe, Promouvoir avait, en décembre dernier, réussi le tour de force de faire interdire aux moins de 18 ans Love, dernier film de Gaspar Noé, après sa sortie en salles.