M.I.A. la tigresse rentre ses griffes pour « Kala »

A. L. - ©2007 20 minutes

— 

M.I.A. est une rebelle férue de politique, ça, on le savait. Mais c'est aussi une vraie femme, libre et ambitieuse. Si Arular, le premier album de cette jeune Anglo-Sri-Lankaise, portait le surnom de son père, membre des Tigres tamouls, Kala emprunte celui de sa mère, révolutionnaire plus modérée. Sa musique reste assez chaotique, mélange de rythmes bengalis, de gros hip-hop produit par Timbaland et d'électro débridé à la Björk. Mais ses textes se sont adoucis et elle y parle enfin d'elle, de sa féminité difficile à assumer, et même de ses peines de coeur.