Vous êtes en 1995, vous lisez la page musique de «20 Minutes»

SO 90’ Tricky, Megadeth et Tindersticks sortent de nouveaux albums…

Benjamin Chapon

— 

Tricky en 1995. Lancer le diaporama
Tricky en 1995. — SWEET/REX FEATURES/SIPA

22 Janvier 2016. Megadeth, Tindersticks et Tricky sortent respectivement un album. Qu’ont en commun le groupe de thrash metal, le combo rock de Stuart Staples et le rappeur post-trip hop ? Ils ont tous connu leur heure de gloire en 1995. Cette année-là, Megadeth est au faîte de sa gloire et tourne dans le monde entier après la sortie de Youthanasia. Tindesticks publient quant à eux leur second album, puis un album live témoin d’une année passé sur les routes d’Europe. Enfin, Tricky sort son premier album solo Maxinquaye en 1995. C’est avec lui qu’il acquiert une renommée mondiale et s’affranchit de ses années passées au sein de Massive Attack. Bristol devient capitale de la pop et Tricky son premier ambassadeur.

Mais aujourd’hui, nous sommes en 2016. Megadeth est un vieux groupe qui radote un peu et Dave Mustaine, âme du groupe, a confié avoir écrit ce 15e album Dystopia pour conjurer la peur de la mort. Avec un Stuart Staples désormais installé en famille dans la Creuse, Tindersticks continue à produire des albums de qualité que plus grand monde n’écoute. Quant à Tricky, il a brûlé sa carrière par les deux bouts et sa musique est dans une impasse depuis plus de 15 ans.

Ces trois disques auraient aussi bien pu sortir en 1995. Et voilà ce qu’aurait donné la chronique de ces albums.

Dystopia, Megadeth

Megadeth a toujours un coup d’avance. Le groupe a considérablement adouci le thrash metal de ses débuts dans son nouvel album Dystopia. Surtout, le groupe de Dave Mustaine a imaginé un dispositif informatique innovant. A l’aide de lunettes spéciales, quatre clips sont visibles sur « la toile » en 3D. Il faudra pour cela installer le logiciel RealAudio Player qui permet d’écouter de la musique pendant qu’on « surfe » sur l’Internet.

La technologie mise à part, Megadeth semble fâché avec notre époque. Les chansons de Dystopia dépeignent un monde contemporain fait de violences et de privation des libertés. Plusieurs titres résonnent avec l’actualité des attentats qui ont frappé Paris et la mise en place du plan Vigipirate qui en a découlé.

A travers le nouveau look de sa mascotte, Vic Rattlehead, Megadeth dénonce, à coups de riffs brutaux et de refrains catastrophistes, l’inertie face à la haine. Habitué aux références à la guerre atomique imminente, le groupe de Dave Mustaine fera peut-être un commentaire quant à la reprise controversée des essais nucléaires français à Mururoa lors de son passage en concert à Paris, les 10 et 12 juin.

The Waiting Room, Tindersticks

Le nouvel album des Tindersticks ne viendra assurément pas concurrencer le D’eux de Céline Dion ou Anamorphosée de Mylène Farmer au top 50. Aucune de ses chansons ne figurera dans la prochaine compil Dance Machine. Leur musique d’une beauté intemporelle semble venue d’ailleurs, peut-être de cette « exoplanète », possible sœur jumelle de notre Terre, récemment découverte.

Le groupe anglais se situe bien loin de l’opposition qui agite la brit pop du moment entre les pro-Blur et les pro-Oasis. Il faut plonger tout entier dans la pop élégante de Tindersticks, nappée de violons et chantée d’une chaude voix traînante. L’idéal serait d’écouter ce nouvel album au disc-man, lors d’une longue balade urbaine.

Skilled Mechanics, Tricky

Tricky a toujours La Haine. Le rappeur n’était pas au festival de Cannes pour découvrir le film de Mathieu Kassovitz mais son nouvel album, qu’il a voulu « sombre et cynique » est dans sa droite ligne. Entre dénonciation des systèmes corrompus et retour sur sa dure jeunesse bristolienne, Tricky ne s’éloigne jamais vraiment du style qui a fait sa gloire au sein de Massive Attack.

Installé quelque temps à Paris, le rappeur a récemment quitté la France, jugeant les Français mollassons. La grève générale qui a paralysé le pays durant plusieurs semaines lui aurait sans doute donné matière à réflexion. Jamais avare d’un bon mot sur la production de ses collègues rappeurs, Tricky aura sans doute un avis tranché sur le récent brûlot de NTM, Paris sous les bombes.

Lui préfère un hip-hop plus sensuel, où les voix féminines (Oh Land, Xdare, Ivy et Francesca Belmonte sur cet opus) mettent en exergue des textes enflammés et engagés. Militant pacifiste, Tricky a l’intelligence d’écrire des textes atemporels qui peuvent aussi bien faire référence à la guerre en Bosnie qu’à l’assassinat de Yitzhak Rabin, aux victoires des Talibans en Afghanistan qu’à l’attentat d’Al Qaïda en Arabie Saoudite.