Les obsèques de l'écrivain Michel Tournier se dérouleront lundi

DÉCÈS Décédé lundi à l’âge de 91 ans, l’écrivain Michel Tournier sera enterré au cimetière de Choisel (Yvelines), le 25 janvier à 15 heures…

20 Minutes avec AFP

— 

L'écrivain Michel Tournier en 1996
L'écrivain Michel Tournier en 1996 — ANDERSEN/SIPA

Michel Tournier sera enterré chez lui. Les obsèques de l’écrivain, décédé en début de semaine à l’âge de 91 ans, auront lieu lundi à 15 heures à l’église de Choisel (Yvelines), qui jouxte le presbytère où il résidait depuis plusieurs dizaines d’années, a-t-on appris mercredi auprès de la mairie.

>> A lire aussi : Michel Tournier, le romancier des grands mythes de l’humanité

« Je t’ai adorée, tu me l’as rendu au centuple, merci la vie ! »

« Il sera enterré au cimetière, derrière chez lui, sous un arbre qu’il avait choisi », avait expliqué mardi à l’AFP Alain Seigneur, maire de Choisel, une petite commune située à 50 km au sud de Paris.

Plusieurs personnalités sont annoncées lors de cette cérémonie, notamment Bernard Pivot, fidèle ami et camarade de l’académie Goncourt, dont Tournier a été membre jusqu’en 2009, ainsi que l’éditeur Antoine Gallimard.

Selon le maire de Choisel, l’écrivain avait déjà choisi sa pierre tombale. En 1979, au terme de sa propre nécrologie, il avait écrit ce qu’il souhaitait pour épitaphe : « Je t’ai adorée, tu me l’as rendu au centuple, merci la vie ! ».

Le romancier des grands mythes de l’humanité

Michel Tournier, dont l’œuvre s’inspire des mythes fondateurs qu’il avait renouvelés avec humour et acuité, était venu à la littérature à plus de 40 ans. « Ce que j’avais à dire était à la fois tellement secret et tellement essentiel que j’ai eu besoin d’une longue maturation pour publier quoi que ce soit », expliquait-il.

En 1967, il obtient d’emblée le Grand Prix du roman de l’Académie Française avec Vendredi ou les limbes du Pacifique. Il confirme, trois ans plus tard, avec Le Roi des Aulnes, porté à l’écran en 1996 par Volker Schloendorff, puis en 1975 avec Les Météores.