Festival d'Angoulême: Il n'y aura finalement ni nommés, ni nommées pour le Grand prix

BANDE DESSINÉE L'organisation de l'événement phare du 9e art a décidé de laisser aux votants le champ libre pour élire le lauréat ou la lauréate de l'édition 2016...

Fabien Randanne

— 

Au Festival de la BD d'Angoulême en 2015.
Au Festival de la BD d'Angoulême en 2015. — PIERRE DUFFOUR / AFP

«Bim», «Bam», «Floutch»… On pourrait résumer en onomatopées les contradictions qui agitent le Festival d’Angoulême et la polémique dont il fait l’objet ces derniers jours.

Mercredi, après avoir été accusé de sexisme, le rendez-vous phare de la BD mondiale a annoncé que des noms de femmes seraient ajoutés à la liste – alors exclusivement masculine – des auteurs nommés pour le Grand Prix 2016. Ce jeudi matin, Europe 1 révélait les noms de six créatrices, dont Marjane Satrapi, qui devaient rejoindre la sélection des lauréats potentiels. Et ce jeudi après-midi, patatras, l’organisation du festival annonce qu’il n’y a plus de liste de nommés.

« A l’issue des débats intervenus depuis deux jours sur l’absence d’auteures dans la liste des Grands Prix potentiels, le Festival a pris la décision d’inviter l’ensemble des auteur.e.s de bande dessinée à voter librement pour désigner comme lauréat.e l’auteur.e de leur choix », fait savoir un communiqué. Autrement dit, les votants – uniquement des créateurs et créatrices de BD – peuvent plébisciter le confrère ou la consoeur de leur choix.

Deux jours de polémique

Mardi, une liste de trente nommés pour le Grand Prix 2016, avait été dévoilée. Le Collectif des créatrices de bande dessinées contre le sexisme s’était ému de ne voir y figurer que des hommes. Dix des auteurs nommés, avaient, dans les heures qui ont suivi, demandé à être rayés de la liste au profit d’auteures.

Florence Cestac est, pour l’heure, la seule femme à avoir été reçu, en 42 éditions, un Grand Prix – qui récompense l’ensemble d’une carrière – à Angoulême. Le 43e Festival aura lieu du 28 au 31 janvier.