Motörhead: Sept faits que vous ignoriez peut-être sur Lemmy Kilmister

MYTHIQUE Le bassiste, chanteur et parolier principal du groupe Motörhead a succombé à un cancer foudroyant lundi. Tout ce que vous devez savoir sur cette légende du heavy metal…

Anaëlle Grondin

— 

Le leader de Motörhead, Lemmy, sur scène aux Pays-Bas en 2007.
Le leader de Motörhead, Lemmy, sur scène aux Pays-Bas en 2007. — WENN/SIPA

Deux jours après avoir été diagnostiqué d’un cancer « agressif », le rocker légendaire Lemmy Kilmister a rendu l’âme. Sept choses à savoir sur le leader du groupe de heavy metal Motörhead.

>> Diaporama: Le grand Lemmy Kilmister est décédé

1. Il ne s’appellait pas vraiment Lemmy

Le musicien britannique s’appelle en réalité Ian Fraser Kilmister. Lemmy était un surnom qu’on lui avait donné à l’école au Pays de Galle, en référence à l’expression « Lend me (lemme) a fiver », qui signifie « Prête-moi un biffeton ». Sa famille, recomposée à ses dix ans après le départ de son père alors qu’il n’a que trois mois, était à cette époque en difficultés financières. Lemmy demandait ainsi de l’argent à ses camarades de classe.

2. Il venait de fêter ses 70 ans

Lemmy est né le 24 décembre 1945. Il venait ainsi de souffler ses 70 bougies à la veille de Noël, la semaine dernière. Avec son célèbre groupe de heavy metal Motörhead, qui fêtait lui son 40e anniversaire cette année, il faisait toujours de la scène. La formation devait d’ailleurs être à Paris en novembre, mais la date a été annulée après les attentats du 13 novembre. Avec ses acolytes, Lemmy avait prévu une nouvelle série de concerts à partir de la fin janvier, qui devait commencer dans son pays natal, le Royaume-Uni.

3. Il était un fan absolu des Beatles

Lemmy a toujours été mordu de rock’n’roll. Mais les Beatles ont eu sur lui une influence décisive. Il les a découverts à l’âge de 16 ans sur scène, alors qu’ils jouaient au mythique Cavern Club de Liverpool. Il s’est alors mis à jouer de la guitare au son de leur album Please Please Me. Au début des années 1960, Lemmy s’est installé à Londres et a joué dans plusieurs groupes : The Rainmakers, The Motown Sect ou encore Rockin' Vicars. Lemmy a aussi été roadie pour Jimi Hendrix en 1968. Il ne se souvenait d’ailleurs pas très bien de ses concerts car toute l’équipe était « sous LSD tout le temps », avait-il raconté, se remémore Billboard.

4. Il s’était mis tardivement à la basse

Le bassiste légendaire de Motörhead avait commencé à apprivoiser la basse… à l’âge de 26 ans. Jusqu’alors guitariste, il a changé d’instrument en 1971 quand il a intégré Hawkwind, groupe anglais de space rock. Il a rapidement su développer un style de jeu distinctif et rythmique grâce à son expérience de guitariste rythmique. C’est après être renvoyé de ce groupe à cause d’une arrestation pour recel de substances illicites qu’il forme Motörhead en 1975. Le son de cette nouvelle formation, initialement baptisée « Bastard », a immédiatement plu aux fans de heavy metal.

5. Son hygiène de vie a toujours été sidérante

«Personnellement, je ne mange jamais de légumes : c'est trop sain pour moi », provoquait Lemmy.  En soixante-dix ans, celui que la presse anglaise aime appeler « l’homme aux 2.000 femmes » n’a jamais trahi ses fondamentaux : sex, drugs and rock’n’roll. D’ailleurs, en argot new yorkais des années 1970, « Motö­rhead » signifie « accro au speed ». Sa consommation d'alcool était également impressionnante : il buvait une bouteille de whisky par jour. Mais ces dernières années Lemmy disait être passé à la vodka-orange, pour ménager son diabète. Libération relatait sa vie d’excès en 2006 avec une anecdote à peine croyable : « Sa dernière analyse de sang remonte à une quinzaine d'années. Hospitalisé à Londres, les médecins sont alors réunis autour de ce cas d'école et décident d'un commun accord de ne pas le transfuser : ‘Voyez-vous, si on vous donne du sang pur vous allez mourir... Mais, de grâce, ne donnez pas votre sang ! Il est tellement toxique que vous tueriez quelqu'un !’ » Ses fans se demandaient toujours comment il faisait pour être encore en vie.

6. Il avait un fils qui ne savait pas qu'il était son père

Lemmy n’a jamais été marié. Mais de ses nombreuses aventures, il a eu deux fils. Le premier, Sean, est né alors qu’il avait dix-sept ans. Le bébé a été confié à une famille adoptive. Sa mère l’a retrouvé à l’âge adulte et Lemmy a confié qu’il était devenu informaticien. Mais personne ne lui a jamais dit que le leader de Motörhead était son père. Lemmy préférait qu’il ne l’apprenne jamais, pour ne pas « gâcher sa vie ». Quelques années plus tard, avec une petite amie nommée Patricia (qui avait eu une aventure avec John Lennon), le rocker a conçu un deuxième enfant, Paul. Lemmy ne l’avait pas vu durant les six premières années de sa vie, mais a fini par devenir son meilleur ami. A tel point qu’il leur était arrivé « d’échanger » des partenaires.

7. Il vivait à Los Angeles depuis vingt ans

Le rocker légendaire avait confié à VSD peu avant son décès : « J'en ai eu marre de l'Angle­terre. J'y ai vécu pendant des décennies et trop c'est trop ! D'ailleurs, je ne me consi­dère pas comme britan­nique. J'ai sillonné le globe et je pense être un citoyen du monde. » Mais qu’est-ce qui lui plaisait autant dans la Cité des Anges ? « Le climat est plutôt pas mal, hein ? En compa­rai­son de l'Angle­terre et de l'Alle­magne, il est même excellent, avait-il répondu au journaliste. J'aime bien aussi le fait que les maga­sins soient ouverts 24 h/24. C'est pratique quand on a envie de corn flakes à cinq heures du mat', hé, hé ! En plus, ils livrent ! Là-bas, tout est plus luxueux, plus facile, plus dispo­ni­ble… En plus, chaque fois que je passe en Angle­terre, j'ai l'impres­sion que les prix ont augmenté de 50%. Les gens là-bas sont misé­rables à cause du climat, du coût de la vie, des hommes poli­tiques… »