Billy Bob Thornton incarne un drôle de père Noël dans «Bad Santa».
Billy Bob Thornton incarne un drôle de père Noël dans «Bad Santa». — RONALDGRANT/MARY EVANS/SIPA

MYTHE

VIDEO. Le père Noël en mode trash

Le père Noël est bien maltraité par la pop culture, florilège des films et séries où le bonhomme en rouge apparaît en mode trash…

Le père Noël affable, le traîneau magique et les gentils lutins, ça va bien, un moment ! Marre de la mièvrerie des fêtes de fin d’année ? De la énième diffusion des Sissi, de La Vie est belle et autres Love Actually ? Heureusement, dans la pop culture, le père Noël est assez souvent… une ordure. Florilège des films et séries où le bonhomme en rouge apparaît en mode trash. De quoi être dans vos petits souliers à l’idée qu’il va bientôt passer.

Le psychopathe revanchard de « 3615 Code père Noël »

Un titre qui trahit l’âge du film, sorti en 1990. Le film français 3615 Code père Noël, signé par René Manzor, le frère de Francis Lalanne, s’inscrit dans la veine des films d’horreur tels que Black Christmas, Douce Nuit Sanglante Nuit, Very Bad Santa ou encore Christmas Evil ou le huitième épisode de la deuxième saison de la série d’anthologie American Horror Story, baptisé « Une nuit pas très sainte ».

C’est l’histoire d’un petit garçon, Thomas, qui vit dans un château entouré de jouets électroniques bien eighties et contacte le père Noël par Minitel. Mais sous la houppelande rouge se cache un psychopathe, un chômeur revanchard qui cherche à se venger de la mère du petit garçon. Cette dernière, directrice d’un magasin, l’a viré de son job de père Noël, quelques heures auparavant. Le père Noël débarque et tue le chien. S’ensuit une lutte sans merci dans l’immense propriété de la famille. Un terrain de jeu douteux où le monde de l’enfance rencontre l’horreur. La version dark de Maman, j’ai raté l’avion.

>> En images, le père Noël dans tous ses états

Le truand alcoolique de « Bad Santa »

Tout est dans le titre. Dans Bad Santa, Willie T. Stokes (Billy Bob Thornton, nommé au Golden Globes pour sa performance assez énorme) incarne chaque année le père Noël dans un centre commercial différent. Sous le costume de papa Noël, un ivrogne sarcastique et désabusé qui ne pense qu’à tirer son coup avec la première fille qui passe et un perceur de coffre qui ne pense qu’à piller le centre commercial.

Au-delà de la méchanceté réjouissante, un conte de Noël décalé, puisqu’un gamin grassouillet bien décidé à croire que l’affligeant père Noël est le vrai. Touchant sans jamais être niais. Bad Santa a certainement inspiré l'épisode 13 de la saison 4 de Nip/Tuck, baptisé « Le Divin Enfant » où, Sean, l’un des deux chirurgiens esthétiques, joue les pères Noël dans un centre commercial. Ivre et déprimé, il finira par se faire soulager par une elfe dans la cabane qui sert de décor.

Le terrifiant croque-mitaine de « Père Noël Origines »

Les Finlandais ont le sens de l’autodérision. Dans Père Noël Origines, le réalisateur finlandais Jalmari Helander s’amuse à malmener le folklore national. Alors qu’une mission scientifique américaine fore sous la glace à la recherche de minerai, les ingénieurs tombent sur ce qui semble être l’authentique village du père Noël.

Suivent une série d’événements inexpliqués, comme le massacre d’un troupeau de rennes, et la disparition d’enfants… Et si le père Noël tenait plus de l’ogre que du gentil vieux barbu qu’on nous présente habituellement ? Une pépite qui dynamite le mythe, une farce horrifique à mi-chemin entre The Thing et les Gremlins.

L’usurpateur horrifique de « L’Etrange Noël de Mr Jack »

Quand la poésie macabre d’Henry Selick et Tim Burton rencontre la magie Disney, le père Noël se retrouve ligoté. Dans L’Etrange Noël de Mr Jack, le terrible Jack Skellington, le « Roi des Citrouilles », est l’organisateur incomparable des fêtes d’Halloween, sa ville. Alors qu’il est rongé par l’ennui et la lassitude, il découvre la ville de Noël où règnent la joie et la gaieté. Il décide de kidnapper le père Noël et d’endosser son costume… Tous les enfants sont terrorisés. Un conte de Noël qui mêle le rêve, le fantastique et la comédie musicale où le père Noël se retrouve à jouer les seconds rôles.

Le loser pathétique du « Père Noël est une ordure »

L’archétype de la comédie de Noël trash, c’est Le Père Noël est une ordure. Félix, campé par Gérard Jugnot au sommet de son art, est un faux père Noël qui vient de se faire virer pour avoir frappé un enfant qui le prenait pour le vrai. Il est aussi le fiancé pathétique, mythomane et violent de l’excessivement enceinte Josette, venue trouver du réconfort le soir du réveillon chez SOS détresse amitié. Bien décidé à la récupérer et à lui passer un savon, Félix débarque à la permanence de l’association, pistolet à la main, étrangle Josette avec un tuyau de douche… et finira par dépecer un cadavre à la scie. Bref, « c’est très fin, ça se mange sans faim ! ». Allez, joyeux Noël Félix !