Riad Sattouf rencontre la passagère du métro qu'il pensait avoir effrayée

ANECDOTE L'auteur de «L'Arabe du futur» a raconté sur Facebook comment il avait fait peur à une de ses lectrices. Celle-ci s'est reconnue et l'a contacté... 

Fabien Randanne

— 

Riad Sattouf a dédicacé l'exemplaire de «L'Arabe du futur» de la jeune femme qu'il pensait avoir effrayé.
Riad Sattouf a dédicacé l'exemplaire de «L'Arabe du futur» de la jeune femme qu'il pensait avoir effrayé. — Riad Sattouf

Il y a quelques jours, Riad Sattouf racontait aux abonnés de sa page Facebook comment il avait fait peur à l’une de ses lectrices dans le métro. Alors qu’il s’apprêtait à aller à la rencontre d’une passagère en train de lire sa BD autobiographique L’Arabe du futur, l’auteur s’était pris un vent, la jeune femme étant allée s’asseoir quelques sièges plus loin lorsqu’il lui a adressé un sourire.

Samedi, celui à qui l’on doit les sagas Pascal Brutal et La Vie secrète des jeunes a livré une autre version de l’histoire… celle de la passagère elle-même ! La jeune femme s’est reconnue dans l’anecdote relayée par Riad Sattouf sur les réseaux sociaux.

Il y a quelques temps, j’ai croisé une de mes lectrices dans le métro. Elle riait en lisant mon livre, alors j’étais trè…

Posté par Riad Sattouf sur samedi 19 décembre 2015

 

« Elle m’a contacté pour me dire qu’elle ne se souvenait de rien et qu’elle ne se rappelait pas avoir été effrayée par quiconque. Elle m’a dit aussi qu’en général, elle n’était pas effrayée par les "Arabes", comme le disaient certains commentaires… vu qu’elle venait elle-même d’un pays du Maghreb et qu’elle n’était pas française ! », raconte le réalisateur des Beaux Gosses.

« Elle est intelligente et brillante »

Tous deux se sont rencontrés en tête à tête dans un bar. « On est allés boire un verre, elle est intelligente et brillante (comme tous les gens qui aiment mes livres haha), et je lui ai fait un dessin sur son Arabe du futur », poursuit Riad Sattouf. La lectrice est venue avec des pâtisseries orientales qu’ils ont dégustées « en parlant du monde arabe entre experts (!) » avant de se saluer.

« Fin du conte de Noël ! », conclut l’auteur de BD. Morale de l’histoire, de la même manière qu’on ne juge pas un livre à sa couverture, certaines attitudes peuvent être trompeuses en façade.