La paillette se met au poil

Beauté Depuis quelques temps sur les réseaux sociaux, les poils brillent de mille feux...

Clara Carlesimo

— 

Johnathan et Brian mettent leurs barbes aux couleurs de la saison.
Johnathan et Brian mettent leurs barbes aux couleurs de la saison. — The Gay Beards

La paillette a-t-elle le vent en coupe ? Ils ont fait de leur barbe de hipster un véritable fourre-tout. Depuis plus d’un an, Johnathan et Brian, postent presque quotidiennement des photos d’eux sur leur site, The Gay Beards. Après les avoir garnies de LEGO, de biscuits apéro, de peinture ou encore de fleurs, c’est lorsqu’ils ont décidé de pailleter leurs barbes que les deux compères ont eu le plus de succès.

Violettes, rouges, roses fuchsia, dorées : ils ont tout essayé. Au départ, ils ont eu l’idée pour se marrer. « Dès qu’on y a pensé, on a tout de suite su qu’il fallait absolument que l’on essaye, racontent-ils. Principalement, parce que l’on ne savait pas à quoi s’attendre et qu’on n’avait aucun moyen de comparaison. »

 

Après les paillettes multicolores, ils ont aussi testé le rose. - The Gay Beards

Pour se marrer, mais aussi parce que la paillette redevient ultra tendance. « Même si ce n’est pas nouveau, on les avait un peu rangées au placard, admet Nelly Chatagnon, maquilleuse professionnelle, associée du blog MakeMyBeauty. La paillette, ça fonctionne toujours. »

Les robes de soirées et les paupières ont toujours scintillé de mille feux. Mais depuis quelques temps, les paillettes ont dérivé de la peau et des vêtements vers les poils. D’abord avec les barbes garnies, puis avec les racines des cheveux et enfin vers les aisselles féminines.

Un acte féministe

« La paillette, c’est régressif, enfantin, festif, ça fait princesse, s’amuse Nelly Chatagnon. C’est une façon comique de revendiquer fièrement sa velure. Depuis deux ou trois ans, on voit de plus en plus de stars qui assument vraiment leurs poils. » C’est le cas surtout pour les aisselles pailletées, que l’on retrouve nombreuses sur Instagram sous le hashtag  #GlitterPitts.

 

C’est le photographe canadien Matthew Burditt qui a posté en premier un cliché d’aisselles velues. « Avec la coiffeuse/maquilleuse, nous cherchions une idée décalée pour convaincre les gens de ne pas suivre les diktats de la beauté. Nous avons choisi des aisselles poilues car c’est très représentatif : lorsque l’on est une femme, on nous apprend que cette zone doit impérativement être rasée de près. »

Alors que les barbes ou les racines des cheveux sont avant tout pailletées pour des raisons esthétiques, le fait de le faire sous les bras est une forme de militantisme. « Je suis persuadé que ça peut être une petite étape vers l’égalité et l’amour-propre, mais aussi pour le féminisme », continue le photographe. Même les Gay Beards en ont fait un acte engagé : « Prendre quelque chose considéré comme une marque de la masculinité en la recouvrant de paillettes, c’était aussi fort de sens. »

Juste pour une soirée

A l’approche des fêtes de fin d’année, les poils pailletés arrivent au bon moment. Pour Nelly Chatagnon, « ça fait surtout du bien en ce moment, en cette période bien morose… » Mais pailleter ses poils nécessite un minimum de préparation. Du côté des Gay Beards, on cajole sa toison au maximum : « On s’assure de les entretenir comme nos cheveux, en utilisant beaucoup d’huile, des baumes, des cires ainsi qu’une coupe assez régulière pour qu’elles gardent une belle forme. »

 

L’inconvénient de cette nouvelle mode réside dans la paillette elle-même. « Ce sont des électrons libres, détaille Nelly Chatagnon. On ne peut pas les utiliser quotidiennement, mais à condition qu’elles soient posées avec attention, on peut les garder toute une soirée. » Entre acte militant et recherche esthétique, les paillettes n’ont pas terminé de s’accrocher aux poils. Certains s’y essayent avec leurs sourcils et même leurs parties intimes...