Nés quelque part, l’expo qui vous emmène ailleurs

VISITE «Nés quelque part» permet de prendre conscience des effets du changement climatique.

Coralie Lemke

— 

Les visiteurs ont chacun un rôle et doivent interagir ensemble.
Les visiteurs ont chacun un rôle et doivent interagir ensemble. — K. NOP / AFD

Victor est entrepreneur forestier au Cameroun. Pour préserver la planète, il s’est engagé à exploiter la forêt de manière durable et à protéger les ethnies qui y vivent. Victor est l’un des 21 personnages que le visiteur peut incarner à l’exposition Nés quelque part à La Villette. « Le spectateur devient un acteur à part entière dans son parcours. Il existe en tout sept environnements dans lequels il peut évoluer », explique Emmanuel Dollfus, en charge du projet de l’exposition à l’AFD.

 

Une photo publiée par Ars Anima (@ars_anima) le 6 Nov. 2015 à 7h02 PST

 

Dans cet espace de 1000m², des comédiens mènent les groupes de visiteurs dans différents décors qui correspondent à différents pays. Cameroun, Maroc, Polynésie, Cambodge ou Colombie, chaque destination connaît une problématique différente. Dans le cas de Victor, il faut aller à la rencontre des populations locales afin de savoir quelles parcelles ne peuvent pas être utilisées pour couper des arbres. Pour bien se rendre compte des espaces protégés, une scientifique nous fait une visite du point d’eau où se désaltèrent les éléphants.

Plusieurs expériences de jeu

Le public se prend au jeu, échange avec les acteurs et finit par se fondre dans la forêt. « Pour comprendre les effets dévastateurs du changement climatique, le public peut s’entretenir avec des médecins, des banquiers. Ce sont des probblèmes très différentes de ce que nous connaissons », précise Emmaniel Dollfus.

 

Une photo publiée par Ars Anima (@ars_anima) le 8 Déc. 2015 à 8h58 PST

 

Pour les plus motivés, il est donc possible d’avoir plusieurs expériences de jeu. « Je suis déjà venu la semaine dernière avec ma Maman », raconte Mohammed, 10 ans, qui comprend mieux « pourquoi il faut faire attention à la planète » grâce à l'exposition.

Les grands aussi y trouvent leur compte, comme Florine, 30 ans. « Dans mon parcours au Niger, je devais soigner ma fille de sept mois qui est atteinte de paludisme. Il se trouve que j’ai vraiment une fille de sept mois. Du coup, cette expérience m’a réellement touchée », précise la jeune femme qui voulait se renseigner plus amplement sur le développement durable à l’occasion de la COP21. L’exposition, ouverte jusqu’au 30 décembre à Paris, est accessible dès neuf ans. En 2016, elle sera ensuite en tournée dans plusieurs villes de France, dont Lyon, Grenoble et Lille. Les visiteurs peuvent choisir de payer 5, 9  ou 15 euros selon leur degré de générosité.