Salon du livre de Montreuil: La 31e édition s'ouvre sous haute sécurité

KIDS Le Salon du livre et de la presse jeunesse de Seine Saint-Denis s'ouvre ce mercredi à Montreuil sur le thème «Pour de vrai, pour de faux»...

Stéphane Leblanc

— 

Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil (illustration).
Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil (illustration). — S.LEBLANC / 20MINUTES

Alice et son lapin blanc sont anxieux. Alors que les artistes de la littérature jeunesse ont fixé leurs dernières illustrations pour une exposition qui célèbre les 150 ans de l’héroïne de Lewis Carrol, le Salon du livre de Montreuil (Seine-Saint-Denis) ouvre ce mercredi matin sa 31e édition dans un climat d’alerte maximale… Ce qui n’est pas forcément idéal quand on a la vocation d’accueillir sereinement des enfants.

1. Moins d'enseignants, plus de parents

« Entre 25.000 et 27.000 élèves ne viendront pas, estimait Sylvie Vassallo, la directrice du Salon du livre de Montreuil. Heureusement, les sorties scolaires viennent d'être réautorisées ce mercredi en Ile de France par le ministère de l'Education nationale. Les parents et grands-parents ont quand même été invités à devenir les « ambassadeurs des enfants » qui ne seront pas là en venant acheter des livres pour leurs rejetons. Pour aider les grands à faire plaisir aux petits, le salon est gratuit pour tous ce mercredi et vendredi à partir de 16 h 30 afin de profiter de la nocturne. Rappelons que les moins de 18 ans entrent déjà librement pendant toute la durée de l’événement.

2. Un parcours du combattant pour accéder au salon

Accéder à l’intérieur du salon risque de ressembler à un vrai parcours du combattant. Comme l’indique Le Parisien, un premier filtrage visuel est mis en place pour accéder à la zone piétonne autour du Salon qui a été élargie par rapport à l’an dernier. Là, de grandes consignes sont à disposition des visiteurs pour ranger les bagages volumineux et les sacs à dos, interdits d’entrée. Chaque visiteur passe ensuite sous un portique de sécurité, avec inspection des sacs et fouilles aléatoires… « Cette année, nous avons multiplié par deux le nombre d’agents, explique Sylvie Vassallo. Il fallait sécuriser le site au maximum afin de le rendre le plus accueillant possible ».

3. Une thématique qui résonne dans l’actualité

Il y aura du (beau) monde malgré tout : 330 exposants, 2 000 auteurs et illustrateurs en dédicaces… Comme chaque année, le programme a été concocté avec soin. En faisant une large place à l’actualité, en faisant résonner le thème choisi cette année : « Pour de vrai, pour de faux ». « La littérature de jeunesse porte déjà les soubresauts du monde, note Sylvie Vassallo qui, sur l’actualité des attentats, cite Trop fort Victor de Mikaël Ollivier (Ed. Thierry Magnier) ou Nordlande de Jérôme Leroy (Ed. Syros). Mais il y a aussi des éditeurs qui ont réagi à chaud, comme Rue du Monde, qui sera là pour présenter J’atteste contre la barbarie, sorti avec un mois d’avance et enrichi d’un dossier d’infos incluant les événements que vient de vivre Paris. Imprimé et relié en cinq jours, l’album qui présente le beau poème d’Abdellatif Laâbi accompagné des encres de Zaü et d’un documentaire d’Alain Serres, doit permettre, selon l’éditeur, « de dépasser l’effroi et discuter ensemble des valeurs essentielles de l’humanité ». Le salon sera l’occasion de nombreux débats entre les auteurs et les enfants, résume Sylvie Vassallo. Le stand de la presse jeunesse, animé par les journalistes d’Astrapi ou de Mon Quotidien, servira aussi de lieu de rencontres pour les enfants et leurs parents.

4. Une scène vocale pour raconter des histoires

On le sait : depuis quinze ans, la littérature jeunesse est un marché en pleine croissance (12 000 titres et +4,3 % de chiffre d’affaires l’an dernier) et qui a tendance à se diversifier depuis quelques années. C’est pourquoi le salon accueille quatre nouvelles scènes thématiques. La scène littéraire mettra en valeur les textes de littérature jeunesse, la scène graphique exposera la richesse de l’illustration (albums et BD), la scène transmédia présentera les dispositifs numériques et la déclinaison d’un contenu sur plusieurs médias et une scène vocale se consacrera à l’oralité des récits pour enfants (théâtre, poésies, contes…). Une pépite du meilleur livre audio est apparue, « car ce secteur a beaucoup progressé ces dernières années », explique Sylvie Vassallo. Et la récompense a été attribuée cette année à Susie Morgenstern pour son livre-CD Mr Gershwin (Didier jeunesse), où c’est le piano qui raconte l’histoire du petit George, si doué et dont les airs sont si entraînants…

5. Un anniversaire célébré en grande pompe

Malgré les événements récents, ce sera la fête au salon. Car Alice, la célèbre héroïne de Lewis Carrol, célébrera ses 150 ans au pays des merveilles. Un lieu mythique et magique qui défie l’imagination et rend tous les auteurs jaloux. Au-delà de sa popularité acquise grâce au dessin animé de Walt Disney, il s’agit bien d’une œuvre fondatrice de la littérature jeunesse. « Alice au pays des merveilles est une invitation à la rêverie, souligne Sylvie Vassallo. Les enfants ont besoin de comprendre le monde, mais aussi de s’évader. » On a hâte de découvrir l’exposition, les lectures et les spectacles annoncés pour voir comment les auteurs s’en sont emparés afin de lui rendre hommage…