Une rame du métro de New York le 24 novembre 2015 décorée des symboles de l'Allemagne nazie et de l'Empire du Japon pour la promotion d'une nouvelle série d'Amazon
Une rame du métro de New York le 24 novembre 2015 décorée des symboles de l'Allemagne nazie et de l'Empire du Japon pour la promotion d'une nouvelle série d'Amazon — TIMOTHY A. CLARY AFP

SÉRIE TÉLÉ

VIDEO. «The Man in the High Castle»: Amazon retire une pub avec l'aigle nazi

La campagne marketing de la nouvelle série d'Amazon, inspirée d'un roman de K. Dick, faisait apparaître des symboles nazis sur les sièges du métro new yorkais...

Les Américains n’ont pas voulu s’asseoir sur la polémique. Pour faire la promotion de sa série, The Man in the High Castle (Le maître du haut château), racontant ce qu’auraient pu devenir les Etats-Unis si les Nazis et leurs alliés japonais avaient remporté la Seconde guerre mondiale, Amazon a imaginé une campagne publicitaire destinée au métro new yorkais. Les sièges de la ligne S ont ainsi été recouverts de deux types de drapeaux : l’un reprenant le graphisme de la bannière utilisée par les Japonais entre 1870 et 1945, l’autre faisant apparaître l’aigle nazi et la croix de fer allemande.



La démarche d’Amazon a immédiatement fait l’objet de critiques. Il lui a notamment été reproché d’avoir utilisé ces symboles dans un objectif purement marketing sans les recontextualisation à destination des usagers du métro.

« Un manque de sensibilité »

« Voir le drapeau américain associé à un symbole nazi est viscéralement choquant, parce qu’il n’y a pas de contexte pour en expliquer le sens. (…) Nous ne disons pas que les gens n’ont pas le droit de s’exprimer, mais simplement qu’il y a un manque de sensibilité » dans cette campagne, a déclaré, dans un communiqué, l’Anti-Defamation League, une association de lutte contre l’antisémitisme. Bill de Blasio, le maire de New York est lui-même monté au créneau en se disant favorable à ce que les drapeaux adhésifs soient retirés des rames. Ce qui devait être fait mardi.

 

The Man in the High Castle, diffusée depuis un mois outre-Atlantique, est inspirée du roman de Philip K. Dick du même nom. Cette uchronie se déroule dans les années 1960, dans une Amérique occupée par les Nazis et les Japonais qui se partagent son territoire.