#SprayForParis: La riposte des street-artistes contre le terrorisme

ARTS URBAINS A la suite des attentats survenus à Paris ce vendredi 13 novembre, les graffeurs recouvrent les murs, les trains et les panneaux de Paris avec des messages d’espérance…

Anne Demoulin

— 

L'artiste ChemiS a rendu hommage aux victimes des attentats de Paris dans le centre de Prague, le 16 novembre 2015. Lancer le diaporama
L'artiste ChemiS a rendu hommage aux victimes des attentats de Paris dans le centre de Prague, le 16 novembre 2015. — Roman Vondrous/AP/SIPA

Une riposte à coup de bombes de peinture. A la suite des attentats survenus à Paris ce vendredi 13 novembre, les graffeurs ripostent sur les murs, les trains ou les panneaux de Paris et d’ailleurs. Les street-artistes se sont mobilisés autour du hashtag #SprayForParis, apparu sur Twitter et Instagram immédiatement après les attaques meurtrières. Petit florilège de ces œuvres, porteuses de messages émouvants.

« Fluctuat Nec Mergitur »

Le collectif Grim Team, emmené par Marc Aurèle Vecchione, dit Orel, a peint les palissades de la place de la République avec la devise latine de Paris Fluctuat Nec Mergitur (Il flotte mais ne sombre pas). « Avec le collectif, on a toujours joué avec cette devise. Après les attentats de vendredi, elle n’a jamais eu autant de sens », a déclaré Orel à nos confères de Streetpress.

L’œuvre, très saluée par les passants, a une jumelle à quelque 300 mètres du lieu de la fusillade du Petit Cambodge. Les writers de la Grim Team ont investi le canal Saint-Martin sous l’œil inhabituellement bienveillant des forces de l’ordre. La Grim Team souhaite apposer à nouveau la devise du côté de Charonne et Saint-Denis dans les prochains jours.

 

J3 et Moyoshi ont dessiné une fresque à la craie rue Richard-Lenoir, à quelques pas du boulevard Voltaire où un kamikaze s’est fait sauter.

 

A l’angle de la rue-Bichat dans le 10e arrondissement de Paris, où le bar Le Carillon et le restaurant Le Petit Cambodge ont été attaqués par des terroristes, l’artiste Fred Le Chevalier a apposé ses collages naïfs sur les murs criblés par les impacts de balles. « J’ai fait des choses douces, un peu naïves. Des personnages avec des cœurs ou des petits anges. J’ai aussi collé une phrase, “on ne dira que l’amour”. J’avais besoin de ce contraste. Mettre du doux pour faire face au dur. C’est ma façon à moi de participer", a-t-il expliqué aux Inrockuptibles.

 

#sprayforparis #prayforparis

Une photo publiée par Benoist Robin (@benrobin) le 20 Nov. 2015 à 2h10 PST

 

« La peinture doit couler, pas le sang ! »

Sur Instagram, le hashtag #SprayForParis a été lancé par le français Goin. En guise de légende à sa Marianne qui brandit un rouleau de peinture « The paint Must flow, not the blood ! », littéralement « La peinture doit couler, pas le sang ! ».

Hipy, graffeur du Nord Pas-de-Calais a investi un des murs du skate parc de Valenciennes.

 

 
 

Seth Globepainter a fait le mur du côté de la place Ménilmontant dans le 20e arrondissement de Paris.

 

Fluctuat nec mergitur, place Ménilmontant, Paris #sprayforparis

Une photo publiée par seth_globepainter (@seth_globepainter) le 15 Nov. 2015 à 7h23 PST

A Paris, en France et dans le monde, les artistes urbains font le mur avec des slogans fédérateurs en hommage aux victimes des attentats parisiens et des messages de tolérance et d’espérance, car comme le souligne l’artiste Combo, Paris est « encore debout ».

 

"Spread Love & Colors… !!!" (ThX 4 worldwide support) #SPRAYFORPARIS #seth#sethglobalpainter#fluctuatnecmergitur#grimTeam#bleublancrouge#pasteup#stencil#fatcap#vandal#graffiti#graffitiart#graffitiporn#streetart#spraycan#montanacans#paris#france#parisjetaime#parisian#parisien#parismonamour#urbanart#streetartparis#europe#peace#love#unity#respect#streetarteverywhere @street_art_and_graffiti@tv_streetart_@rsa_graffiti@bestreet@ofivetv@batacuda@streetart_compilation@streetart_inc@streetart_chilango@urbanartt@happygraffiti@elgraffiti@graffitimash@graffitistreet@graffitiprints@thinkspace_art@hifructosemag@instagrafite@canalstreet@paris_maville@mylittleparis@conexaoparis@parisjetaime@igersparis@streetartparis@contemporaryartcurator@mtncolors@exit_magazine@systemmagazine@globalstreetart@speaybeast@graffitiartmagazine@marthacoopergram@streetartnews

Une photo publiée par lxir.75 ℹ (@lxir75) le 19 Nov. 2015 à 13h43 PST