Un toiturophile admire Paris en silence.
Un toiturophile admire Paris en silence. — TIM

INSOLITE

Pourquoi les cataphiles quittent les catacombes pour investir les toits de Paris

Ils explorent les galeries souterraines et le sommet des immeubles au gré de leurs envies...

Les Parisiens le savent, sous leurs pieds se faufilent des amateurs de galeries souterraines, de recoins abandonnés et d’aventure. Ce sont les cataphiles, des explorateurs urbains qui ont investi les catacombes. Ce que les Parisiens ne savent peut-être pas, c’est qu’au dessus de leur tête, ces mêmes explorateurs parcourent les toits de la capitale. Pour admirer la vue, boire un verre ou faire des photos.

« Ce sont les même types de population. Une philosophie très cool, un peu hippie », confie Charles-Axel, lui-même cataphile et toiturophile depuis 10 ans. Le jeune homme de 27 ans, très soigné dans son costume, un attaché-case à la main, confie se rendre toutes les semaines dans les catacombes ou sur les toits. Un milieu très secret où des profils de toutes sortes se mélangent. Sur terre ou dans les airs, personne n’entreprend une « sortie » sans y avoir été initié ou invité par un membre de la communauté.

Un plan pour monter sur la cathédrale Notre-Dame

« La première fois que j’ai entendu qu’on pouvait monter sur les toits, c’était d’ailleurs dans les catacombes », explique Michel, un jeune homme blond, amateur de sports extrêmes. « C’était un groupe d’Anglais qui étaient sous terre depuis 10 jours et qui avaient un plan pour monter sur Notre-Dame. » Escalader une cathédrale, Michel ne l’a jamais fait depuis. Mais il s’est lancé dans l’exploration des toits de Paris. Avec des copains, il se glisse parfois dans les halls d’immeuble lorsqu’un habitant rentre chez lui ou escalade les échafaudages de son propre immeuble, en rénovation.

 

Une vue depuis les tours du quartier de la Défense. - TIM / GLAUQUE-LAND

 

«Tout Paris dort, c’est vraiment une ambiance magique. Et puis il y a l’adrénaline de ne pas se faire attraper. » Aves ses amis, ils prennent garde à ne rien abîmer et à ne laisser aucune trace de leur passage. « On fait attention aussi. On sait que des gens sont déjà morts en chutant des toits.» Des histoires vraies qui se racontent dans ces cercles très fermés. Michel reste un toiturophile occasionnel, moins expérimenté que  « ceux qui ont des trousseaux de clés », dont il a beaucoup entendu parler.

Soirée barbecue entre les cheminées

Ces clés, Charles-Axel, lui, les a en sa possession. Des reproductions très convoitées de clés de facteurs, de distributeurs de prospectus ou de pompiers. Elles ne sont pas faciles à obtenir, à moins d’avoir un bon réseau. « D’ailleurs, je ne les prends jamais sur moi quand je fais une sortie. Si je me fais attraper par la police, je les perds toutes.» Un risque qu’il se refuse à prendre.

En dix ans, Charles-Axel a acquis une solide expérience en exploration urbaine. « C’est vrai que je ne tombe plus sur des passages que je ne connaissais pas dans les catacombes. J’y descends surtout pour voir des amis», explique-t-il.  C’est là qu’il retrouve sa communauté, tous les vendredis soirs.

La vue depuis l'église Saint-Eustache dans le 1er arrondissement de Paris. - P-H MULLER

 

« Dans les catacombes, on croise toujours des gens. Des amis ou les petits nouveaux qui découvrent les galeries pour la première fois. » Les groupes se brassent et échangent au gré des couloirs et des pièces. Certains s’amusent à bloquer la progression des autres avec des fumigènes, qui mettent environ trois quarts d’heure à se disperser. La fumée empêche de voir à 30 centimètres, il n’y a plus qu’à prendre son mal en patience.

En comparaison, les toits de Paris offrent la garantie de décompresser en toute tranquillité, à l’air libre. Et c’est là que Charles-Alex fait encore des découvertes. Cette démarche s’inscrit à part entière dans le concept d’exploration urbaine, qui considère la ville comme un terrain de jeu. « Aujourd’hui, je ne monte plus sur les simples immeubles d’habitation, à moins qu’il y ait un barbecue d’organisé avec les copains. »

En haut et en bas, différentes sensations

Après une décennie de pratique, le jeune homme se concentre aujourd’hui sur les spots où la vue est impressionnante. Et ce, peu importe les conditions climatiques. « Même s’il pleut ou même s’il fait -5 °C, si je sais que la vue est exceptionnelle, j’y vais. » Des sorties qui peuvent s’avérer bien moins confortable que celles dans les catacombes, qui se font le plus souvent au sec et où la température avoisine les 15 degrés.

 

La place Vendôme au beau milieu de la nuit - P-H MULLER

 

A l’image de ceux qui partent se mettre au vert à la montagne, les fans d’exploration urbaine choisissent aussi le grand air pour se changer les idées. « Moi je ne pars pas au ski, je monte dans le ciel de Paris », raconte Pierre-Henry Muller. « J’observe ce lieu qui n’est qu’à moi pendant quelques heures. C’est comme être seul dans la foule. » Ce passionné de photographie fait une centaine de demandes par an pour monter légalement mais il ne reçoit qu’une ou deux réponse, négatives en général.

La verrière du Grand Palais

« Il faut dire que les catacombes, c’est un peu sale. Je m’en suis lassé, on finit par connaître le lieu et les gens par cœur. J’avais envie de voir des choses différentes » explique Tim, lui aussi passionné de photographie et auteur du blog de photos glauque-land.com.

Son meilleur souvenir ? « La verrière du Grand-Palais, sans hésitation. Il y a une vue imprenable sur la tour Eiffel et on peut voir l’exposition dans le musée qui a lieu en dessous.» Une aventure d’autant plus trépidante qu’un commissariat est logé dans le musée, du côté des Champs-Elysées.

Sous le sol ou sur les toits, chaque membre de la communauté choisit ce qui lui convient le mieux. Tandis que sous terre, les gens viennent pour se rencontrer, les toiturophiles, eux, ne croisent jamais personne. Certains ont déjà réussi à combiner les deux, comme Pierre-Henry Muller. « Pour monter en haut d’un immeuble, il m’est arrivé de devoir passer par les sous-sols du bâtiment. On y accède par un sous-terrain puis on monte les escaliers jusqu’au sommet. » Un vieux bâtiment EDF désaffecté, dont les bureaux étaient vides. L’idéal pour les amateurs d’exploration urbaine. Car peu importe l’endroit, ils ne veulent déranger personne.