Fiché par Interpol, le musicien Ibrahim Maalouf reste bloqué à gare du Nord

POLICE Mais l'histoire ne s'arrête pas là...

F.F.

— 

Ibrahim Maalouf le 20 février 2015.
Ibrahim Maalouf le 20 février 2015. — NIVIERE/VILLARD/SIPA

Le trompettiste Ibrahim Maalouf a appris à ses dépens mardi qu’il est fiché par Interpol. C’est ce que le musicien raconte ce mercredi à Clique.

« J’ai été retenu par la police à la gare du Nord. Il était indiqué sur leur ordinateur que mon passeport était signalé " Interpol positif ". Ils me l’ont confisqué et m’ont interrogé. J’ai raté deux trains supplémentaires, et annulé toute la journée de promotion que je devais faire à Londres », explique l’artiste. « La police n’avait aucune idée de la raison pour laquelle j’avais été fiché par Interpol », continue Ibrahim Maalouf.

La querelle des douaniers

Mais la mésaventure ne s’est pas arrêtée là pour celui qui a composé la bande originale du film de Jalil Lespert, YSL. Après avoir réussi à monter dans un train, il est rejoint par plusieurs douaniers qui lui auraient demandé de descendre. La raison ? Les agents de la douane auraient mal pris un article du Parisien réalisé à partir d’un post Facebook que venait d’écrire le musicien sur son profil. Et dans lequel il ne mentionnait pas la douane mais la police. « La journaliste du Parisien s’est trompée », explique Ibrahim Maalouf.

« Je comprends l’ambiance actuelle et le sentiment de peur qui nous habite tous d’ailleurs, qui peut – et c’est légitime – mener à une forme de paranoïa. Si la police ne fait rien on dit " mais que font-ils pour nous protéger ? " mais s’ils font quelque chose, on leur reproche d’être trop sévères. Je ne leur reproche rien. En revanche, je reproche à Interpol, (car j’en suis intimement convaincu) de faire un peu de zèle, et de s’engouffrer sur des terrains qui n’ont pas grand sens », a conclu le musicien.