Attentats à Paris: Comment les humoristes évoquent les attaques terroristes

CULTURE Si certains ont décidé d’annuler leur chronique, d’autres humoristes de radio ou de télé ont tenu à leur façon à évoquer depuis lundi les attentats de Paris…

Clio Weickert

— 

Charline Vanhoenacker sur France Inter le lundi 16 novembre 2015
Charline Vanhoenacker sur France Inter le lundi 16 novembre 2015 — Capture d'écran franceinter.fr

Lundi, plus de 48 heures après les attentats de Paris, les blessures étaient encore très vives. Et du côté des humoristes de radio ou de télé, évoquer le drame n’était pas chose aisée. Car même si la vie doit continuer, il n’est pas si facile de reprendre la route de l’humour en ces circonstances dramatiques. De Charline Vanhoenacker sur France Inter à Catherine et Liliane sur Canal +, voici comment les humoristes ont évoqué à leur façon les attaques terroristes de vendredi.

>> A lire aussi : « Le Petit Journal » rend un hommage émouvant aux victimes

« A la santé des enfants du rock »

Sur France Inter, Charline Vanhoenacker n’a pas renoncé à son billet matinal, l’ouvrant pas du Metallica et le clôturant par les Clash. « Je m’adresse à ceux qui prennent leur pied en branlant leur kalachnikov : si vous n’aimez pas le rock, l’alcool et le sexe, n’en dégoûtez pas les autres », a-t-elle notamment déclaré, débouchant par la même occasion une bouteille de bière. Une véritable ode à la liberté et la certitude que non, la terreur n’anéantira pas la joie de vivre des « enfants du rock ».


« Daesh, elle t’emmerde la France »

Sur Europe 1, Nicolas Canteloup n’a pas renoncé à ses talents d’imitateur. En prenant la voix de Guy Carlier, l’humoriste a retracé les événements de la terrible soirée du vendredi (« la mort, avait le son d’une kalach »), et tout comme Charline Vanhoenacker, a fait passé le message que la France ne cédera pas à la terreur : « Daesh, elle t’emmerde la France ! Elle t’emmerde en terrasse, elle t’emmerde devant une bière ou un thé vert ».

Les « crevures » à l'« ignorance crasse »

C’est avec la voix grave et beaucoup d’émotion que Sophia Aram à quant à elle évoqué les attentats sur France Inter. « Tout ça parce que de funestes crevures sont venues vomir leur frustration, leur ignorance, leur ceinture d’explosifs et leur kalachnikov en bandoulière pour combattre un ennemi imaginaire », a-t-elle déploré. Une chronique emplie de colère et de tristesse.

« Cinq minutes, une heure, un jour, sans rire »

D’habitude enthousiastes et guillerettes, Catherine et Liliane se sont montrées sous un tout autre jour dans le Petit Journal sur Canal +. Diffusant des images en noir et blanc des deux personnages, ce sont les comédiens, Alex Lutz et Bruno Sanches qui se sont exprimés par-dessus en voix off. Ils se sont notamment confiés sur la difficulté de faire rire en de tels moments. « Nous avions des idées, mais nous nous forcions. Puis soudain, le silence, pas d’idées, plus d’idées, pas l’envie d’en avoir à vrai dire. L’envie de pleurer plutôt, impuissants, ne pas se mentir avec nos genoux à terre, envie de reprendre sa vie comme elle était, presque comme elle était, mais sans rire en fait. Cinq minutes, une heure, un jour, sans rire », déclare Alex Lutz.

Spéciale attentats de Paris - Catherine et Liliane du 16/11

« Je n’ai pas trop le cœur à la rigolade »

Annulant sa chronique du lundi, Laurent Gerra a repris la parole sur RTL ce mardi, pour la première fois depuis les attentats. L’imitateur a notamment pris la voix d’Enrico Macias pour évoquer le drame : « J’ai les yeux encore tout rougis par tout ce malheur qu’il est vraiment pas racontable (…) Tu sais, je ne sais pas pourquoi que je te raconte tout ça, parce que j’ai pas trop le cœur à la rigolade, alors je m’arrête ». Une chronique humoristique, mais teintée de tristesse.

>> A lire aussi : « Que ces trous du cul aillent se faire foutre ! », clame l’humoriste américain John Oliver sur HBO