Attentats à Paris: Une fête de la musique, un marathon des terrasses, une minute de boucan… pour que la terreur ne l’emporte pas

Attentats à Paris Plusieurs initiatives idéalistes ont été lancées pour répondre à la terreur par la joie de vivre…

Benjamin Chapon

— 

Des internautes ont lancé l'idée d'un marathon des terrasses en réponses aux attentas du 13 novembre 2015
Des internautes ont lancé l'idée d'un marathon des terrasses en réponses aux attentas du 13 novembre 2015 — http://colcanopa.com/

Instinctivement, les Français ont eu besoin de partager leurs émotions, leurs colères et aussi leurs espoirs depuis samedi matin. Sur les réseaux ou aux comptoirs des cafés, nombre d’entre eux avançaient des propositions pour répondre positivement aux attentats qui ont frappé la jeunesse parisienne vendredi soir. 20 Minutes en a retenu quelques-unes.

Un marathon des terrasses

Tout le long du Boulevard Voltaire, quais de Jemmapes et de Valmy, rues Bichat, Parmentier et de la Fontaine au Roi… Partout où le convoi de la mort est passé en voitures noires vendredi soir, il y a des bars, des terrasses. Dès samedi soir, des Parisiens, des touristes, sont sortis pour montrer qu’ils refusent de céder à la peur. Nombre d’entre eux militent pour que ces terrasses deviennent le symbole de la France fière de son art de vivre. « Je rêve d’un marathon des terrasses dans toutes ces rues du 10e et 11e arrondissement, explique Yann, musicien venu dimanche soir place de la République avec des amis. Pendant 24 heures, tous les bars pourraient rester ouverts et nous, on s’organiserait pour que leurs terrasses ne désemplissent pas. »

Eu égard à l’interdiction de rassemblements publics par la préfecture de police de Paris, il y a peu de chance qu’un tel événement soit autorisé par les autorités dans les prochains jours.


Une fête de la musique automnale

Dans le même ordre d’idée, de nombreux internautes et musiciens ont rêvé tout haut d’une Fête de la musique organisée dans les rues de Paris le samedi 21 Novembre. Là encore, l’état d’urgence interdit l’idée même. La Marche blanche en hommage aux victimes n’a ainsi aucune date prévue.

 

On continuera. On continuera à s’émouvoir devant ce petit groupe au fond de ce café-concert, dont on a envie de…

Posté par Sourdoreille sur dimanche 15 novembre 2015


Porter le T Shirt de son groupe préféré

Le groupe MGMT a fait l’éloge funèbre d’une des victimes de la tuerie du Bataclan qui, lors de leur première tournée en France, vendait leurs T-Shirt. Le duo appelait les fans à « porter fièrement » ces T-Shirt en hommage à sa mémoire. Plus largement, de nombreuses personnes ont suggéré de porter des vêtements siglés du nom de groupes de musique pour montrer notre amour du rock, de la pop, du hip-hop…

 

Très belle initiative d’Adelaide qui propose jusqu’au 20 novembre de porter un t-shirt du groupe de votre choix en…

Posté par Rock and live sur dimanche 15 novembre 2015


Un festival gratuit dans toutes les salles de Paris

Un événement sans précédent. Personne ne sait exactement combien Paris compte de salles et lieux dédiés à la musique. Le rêve d’une grande soirée entièrement gratuite dédiée à la musique a jailli dimanche. « Ce festival pourrait avoir lieu au lendemain de la réouverture du Bataclan » suggère Rayan, organisatrice belge de concerts qui étai présent à Paris lors des attentats. Les gérants de la salle attaquée vendredi soir ont en effet exprimé leur souhait que « la musique continue ». Les producteurs de musique, la Sacem et le SNEP ont annoncé dans un communiqué : « nous reviendrons au Bataclan ». La ministre de la culture Fleur Pellerin s’est elle-même dite confiante dans le fait que les acteurs du monde de la musique continueraient à organiser des concerts.


Une minute de boucan

Lundi, à midi, la France s’est figée dans une minute de silence solennelle, y compris dans les écoles. Un collectif d’instituteurs propose d’y répondre, le lundi suivant, à la même heure par une « minute de boucan », en donnant à tous les enfants des écoles françaises des instruments de musique « et qu’ils s’en donnent à cœur joie pendant une minute. » Marylise, directrice d’école à Pontoise espère « que ça résonnera haut et fort, et loin jusqu’en Syrie. »