«Call of Duty Black Ops 3»: Le cauchemar sera-t-il rattrapé par la réalité ?

JEU VIDEO Le shooter militaire, sorti ce vendredi, met en scène des robots sur le champ de bataille dans la deuxième moitié du XXIe siècle. Ce n'est plus de la science-fiction...

Joel Metreau

— 

Un robot met à terre deux soldats dans Call of Duty Black Ops 3.
Un robot met à terre deux soldats dans Call of Duty Black Ops 3. — activision

Call of Duty Black Ops 3*, c’est sorti ce vendredi. Résumé des épisodes précédents. « Le premier portait sur la corruption de l’homme par l’homme, avec l’utilisation du lavage de cerveau sur le personnage principal, le deuxième avait pour thème la corruption des machines par l’homme, avec l’ennemi qui prenait le contrôle des drones, le troisième raconte la corruption des machines par les machines. » Voilà le previously on dressé pour 20 Minutes par Jason Blundell, directeur de la campagne du jeu au studio américain Treyarch.

Stephen Hawking a dit non

En guise de machines, puisque Call of Duty Black Ops 3 se déroule en 2065, à Singapour, Zurich et au Caire, ce sont des robots armés qu’on affronte avec l’acteur Christopher Meloni (New York, unité spéciale, Oz, True Blood…) sur le champ de bataille. Irréaliste ? « Il y a 30 ans, mon iPhone aurait pu apparaître comme un objet magique », rétorque Jason Blundell. Et en 1985, les drones à usage militaire restaient encore limités à des zones bien spécifiques de conflit. Retour vers le futur : en 2065 donc. « La prochaine frontière des technologies dans la guerre, c’est la robotique et l’amélioration humaine grâce à la cybernétique », raconte Jason Blundell. Ça tombe bien, mon avatar féminin s’est fait coudre un bras mécanique après avoir été démembré par un robot. Mais quel SALA ce robot !

SALA ? Système d’armes létal autonome ou Lethal Autonomous Weapons Systems (Laws) en anglais. Dans une lettre ouverte en juillet dernier, l’astrophysicien Stephen Hawking et le cofondateur d’Apple Steve Wozniak avaient exprimé leur crainte d’une course à l’armement dans ce domaine : « Ce ne sera qu’une question de temps avant que ces armes apparaissent sur le marché noir et entre les mains des terroristes. » Avant une réunion d’experts à l’ONU à Genève en avril, l’ONG Human Rights Watch avait appelé purement et simplement à bannir ces armes. Dans Call of Duty Black Ops 3, leur cauchemar est devenu réalité.

Et on passe à l'attaque !

Pourquoi avoir peur ? « Les humains n’étant plus dans la boucle décisionnelle, cela pose des questions sur les plans éthique, juridique et stratégique », pointe Jean-Marc Rickli, professeur au département d’études de la défense au King’s College à Londres. D’un point de vue stratégique, la guerre va aussi changer de forme : « Tous nos systèmes de défense sont basés sur l’avantage à la défense et pas à l’attaque. Les SALA vont redonner l’avantage à l’offensive, qui peut se traduire par plus de conflictualité dans le futur », observe Jean-Marc Rickli.

L’attaque de robots clones dans Call of Duty Black Ops 3. - Activision

Pas si cher que ça à produire

Autre tournant stratégique induit par ces SALA : « Retrouver une forme d’effet de masse, explique Christian Malis, auteur de Guerre et stratégie au XXIe siècle (Fayard). Les grandes plates-formes militaires, avions et bateaux, sont des objets d’une grande complexité technologique et d’un coût important. Aussi leur nombre se réduit, en même temps qu’elles ont besoin de moins en moins de personnel. » Jean-Marc Rickli n’en pense pas moins. Pour lui, les robots autonomes permettront des attaques en essaim : « Le cout de production de ces machines sera plus faible et leur avantage, c’est qu’elles pourront communiquer entre elles, entraînant un effet de masse. » Un missile, ça va, une dizaine, ça gère, mais un système antimissile aura du mal à descendre une centaine de robots en même temps.

Pendant ce temps, en Corée du Sud...

Cauchemar ultime, liée à cette intelligence artificielle : « Si on crée une forme transhumaine, cette forme serait-elle capable de nous utiliser, nous humains, comme chair à canon ? », demande Jean-Marc Rickli, relayant une hypothèse de Stephen Hawking. En tout cas, la question va se poser dans les années à venir. La Corée du Sud utilise déjà le Samsung SGR-A1, un robot militaire, pour surveiller sa frontière avec la Corée du Nord. Christian Malis estime que les robots soldats pourraient voir le jour d’ici à 2050. Cette même année en revanche, difficile de savoir de quoi Call of Duty Black Ops 15 sera fait.

*Sur PC, Xbox 360, Xbox One, PlayStation 3 et PlayStation 4.