VIDEO. «Need for Speed» repasse le Code de la route

JEU VIDEO «20 Minutes» a soumis des panneaux de signalisation au développeur James Mouat, lead game designer chez Ghost Games. Pourraient-ils ou pas figurer dans ce reboot de la franchise de courses automobiles? 

Joel Metreau
— 
Le jeu Need for Speed, sorti en 2015.
Le jeu Need for Speed, sorti en 2015. — Electronic Arts

Attention, ce Need for Speed n’est pas comme les autres. La franchise, qui s’est écoulée à 100 millions d’exemplaires dans le monde, a subi comme Tomb Raider le syndrome du reboot. Pour preuve, le nom du jeu vidéo qui sort ce jeudi (sur Xbox One, PlayStation 4 et PC, connexion à Internet obligatoire), a simplement pour titre Need for Speed. Sans aucun mot accolé.

Vingt ans de courses automobiles

« Ça fait vingt ans que la franchise existe, presque au rythme d’un jeu par an : Need for Speed Rivals, Need for Speed Most Wanted, Need for Speed The Run…, pointe James Mouat, lead game designer, chez Ghost Games. Ces sous-titres indiquent qu’on est allés dans plein de directions, en semant parfois la confusion dans l’esprit des gens. On revient au début en piochant le meilleur de ces vingt dernières années. »

Retour aux fondamentaux donc, mais la franchise est-elle respectueuse du Code de la route ? James Mouat n’a pas le permis (le journaliste qui écrit ses lignes non plus), mais il indique à 20 Minutes si les panneaux routiers suivants pourraient figurer dans Need for Speed.

Attention travaux

« Sur les routes, figurent des cônes de signalisation des chantiers. Donc il se pourrait bien qu’il y a des panneaux "attention travaux" », estime James Mouat. Mais les chantiers ne risquent pas de gêner le joueur. Dans son monde ouvert, Need for Speed propose bien de multiples déviations. Le jeu se déroule à Ventura Bay, une ville fictive inspirée de Los Angeles, mais sans ses embouteillages monstrueux.

Succession de virages

« Les avertissements de virages, c’est évident qu’on va en trouver, ils sont disséminés à des endroits bien précis. Car on ne va pas tous les indiquer. Le cinquième district contient particulièrement beaucoup de routes en courbe. » Ventura Bay est en effet découpé en six districts, celui de El Rey, auquel le développeur fait référence, est une zone montagneuse et escarpée, qui surplombe la ville. De quoi réaliser des drifts risqués au bord d’un ravin. « Ces dernières années, Need for Speed était très basé sur le drift, très arcade. Mais le vieux style, le "grip", au frein à main, plaît à d’autres. Là, on leur donne le choix. » Un curseur permet de modifier ce comportement de conduite.

Passage pour piéton

Dans Need for Speed, la voiture, c’est l’avatar du joueur, on ne quitte pas l’habitacle. « Il n’y a pas de piétons dans le jeu. On ne veut même pas évoquer le fait qu’il n’y en ait pas, mais se concentrer sur une fiction à partir de voitures », observe James Mouat. Ce n’est pas crédible, certes, mais tout aussi peu qu’un Battlefield ou un Call of Duty qui ne s’encombre pas de civils. « Le fait que le jeu se déroule toujours la nuit permet cette absence de piétons, poursuit le développeur. Cela ferait bizarre une ville en pleine journée où personne ne se balade. » Tant pis pour les noctambules.

Chaussée particulièrement glissante

Tournons-nous vers le ciel et sa météo capricieuse. « Ce serait possible d’avoir ce genre de panneau car on a des routes mouillées par la pluie dans le jeu. Parfois des nuages passent dans le ciel. » Dans certains districts, les signes avant-coureurs de l’aube permettent de mieux les observer. Et à défaut de voir la Grande ourse, on regardera la pleine lune. « Si vous allez conduire comme un fou, il vaut mieux que les routes soient désertes, c’est une autre raison pour laquelle on a mis en scène cette nuit sans fin, il y a également moins de police à cette heure. » N’empêche, le mode "hors-la-loi" permet de se livrer à des courses-poursuites avec les forces de l’ordre.

Accès interdit aux véhicules dont la hauteur est supérieure au nombre indiqué

Rien que des voitures à personnaliser à outrance dans Need for Speed. Pas de camion ou de bus à tuner. « Même si on a des tunnels dans le jeu, ce n’est pas la peine de les indiquer car les voitures sont toujours adaptées à leur hauteur », précise James Mouat.

Limitation de vitesse

« On va planter des panneaux montrant des limites de vitesse, affirme James Mouat. Par exemple, sur l’autoroute où l’on peut appuyer sur l’accélérateur. Mais c’est plutôt une façon de rendre ce monde plus réaliste. En fait, on veut que vous conduisiez plus vite, même si c’est limité à 30 km/h. Le joueur n’est pas du tout obligé de les respecter. Au contraire, enfreignez la loi et faites des trucs dingues. » Comme on n’a même pas le permis, on ne va pas se gêner.