VIDEO. Le 11-Septembre recréé en réalité virtuelle

JEUX VIDEO « [8:46] », un projet d'étudiants d’une école de jeux vidéo française, place le joueur dans une des tours du World Trade Center…

M.C.

— 

Capture d'écran de «[8:46]», qui recrée le 11-Septembre en réalité virtuelle.
Capture d'écran de «[8:46]», qui recrée le 11-Septembre en réalité virtuelle. — Youtube

Le jeu commence au 101e étage de la tour nord du World Trade Center, quelques instants avant que le vol 11 d’American Airlines ne percute le bâtiment. [8:46], nommé en référence à l’heure de ce premier impact des attentats du 11-Septembre, place le joueur au cœur d’une reconstitution des événements, au réalisme accentué par l’utilisation du casque de réalité virtuelle Oculus Rift.

« [08:46], fondamentalement, traite de l’événement qui a façonné notre monde moderne, et par extension notre génération », explique au site The pixel hunt Anthony Krafft, l’un des six étudiants de l’Enjmin, l’école de jeux vidéo d’Angoulême, à l’origine du projet. Il décrit « la volonté de retranscrire la vie et la fin de vie de milliers de personnes pour qui le 11 septembre 2001 ne représentait ni un événement historique majeur ni un message politique, mais un mardi de travail routinier. »

« Faute de goût »

Les créateurs se sont documentés en réalisant un entretien avec un survivant de l’attentat, en étudiant les plans des tours ou en consultant des récits de journalistes comme le livre 102 Minutes, précise le game designer du projet dans une interview à TechInsider.

Mais l’approche « réaliste » d’un événement tragique encore frais dans les mémoires est évidemment de nature à susciter la controverse. Le jeu a été qualifié de « faute de goût » et accusé d’exploiter un événement tragique, « aux dépens de ceux qui vivent encore avec les cicatrices de ce jour-là et de ses répercussions durables ».

Anthony Krafft, lui, défend son approche réaliste de l’événement : « Par honnêteté intellectuelle, il nous paraissait impensable de ne pas reproduire avec justesse et précision les situations vécues par les victimes, afin d’entretenir une empathie sincère et, encore une fois, de nous prévenir ainsi d’un sensationnalisme vulgaire », se défend-il. Il invite les gens à se faire « leur propre opinion » en essayant le jeu par eux-même. Il est en effet possible de télécharger et d’essayer [8:46], à condition de disposer d’une version de développement du casque Oculus Rift, pas encore commercialisé.