«Ce monde disparu» de Dennis Lehane : Pourquoi ce thriller sera adapté au cinéma ?

LIVRE Le dernier roman de l’écrivain américain a toutes les chances de devenir un film...

Joel Metreau
— 
 Un revolver.
Un revolver. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Ce ne serait pas la première fois qu’un roman de Dennis Lehane est adapté au cinéma. A 20Minutes, on parie que Ce monde disparu (Rivages, 21 euros), qui vient de sortir en France, intéressera plus d’un producteur ou plus d’un réalisateur : intrigue resserrée, gangster en quête de rédemption, moiteur de la Floride… Mais pas seulement, on vous explique pourquoi.

Parce que c’est Dennis Lehane

A l’aise comme scénariste ou écrivain, Dennis Lehane est un des maîtres américains du thriller. Dès son premier roman noir, Un dernier verre avant la guerre (1994), il conquiert ses lecteurs en mettant en scène son duo récurrent de détectives Patrick Kenzie et Angela Gennaro. Leurs enquêtes se déroulent à Boston, ville où Lehane est né en 1965. Depuis, trois de ses romans ont été adaptés au cinéma. Et pas par des inconnus : Mystic River par Clint Eastwood, Gone Baby Gone par Ben Affleck, Shutter Island par Martin Scorsese.

Dennis Lehane, le 8 septembre 2014, à New York. - Marion Curtis/AP/SIPA

Parce que le cinéma aime les suites

Le futur réalisateur de Ce monde disparu aura déjà la voie tout tracée. Ce monde disparu est le troisième volet d’une trilogie consacrée à la famille Coughlin. Après le premier, Un Pays à l’aube, Dennis Lehane va suivre plus précisément le parcours de Joe Coughlin, un fils de policier devenu gangster. Ils Vivent la nuit (Rivages Noir, 9€), le deuxième roman qui a pour cadre la Floride dans les années 1920, est déjà en cours de réalisation. Derrière et devant la caméra, dans la peau du jeune Joe Coughlin, on trouve Ben Affleck. Au casting, on compte aussi Sienna Miller, Zoe Saldana et Elle Fanning. Cela dit, pas besoin d’avoir lu le roman précédent pour entrer dans Ce monde disparu et ne pas en sortir avant la dernière page.

Leonardo DiCaprio dans Shutter Island. - RONALDGRANT/MARY EVANS/SIPA

Parce que Joe est un personnage complexe

Les hors-la-loi tourmentés ont la cote. Ce monde disparu, qui se déroule en 1943 dans la ville de Tampa en Floride, accompagne le personnage de Joe Coughlin, captivant car complexe et nostalgique. Inconsolable de la mort de sa femme, il élève seul son fils, qu’il voudrait préserver du milieu. Joe Coughlin s’est plus ou moins rangé des activités criminelles mais sert toujours de « consultant » au sein de son clan, régi par son ami Dion Bartolo. Il a renoncé au pouvoir mais ses crimes le hantent, et la rédemption est loin d’être gagnée. « Tu penses qu’il te suffit de regretter tes péchés pour être quelqu’un de bien. Certains jugeraient méprisable ce genre d’illusion », lui lance un gangster.

Parce qu’un monde bascule vers un autre 

Si on devait poster Ce monde disparu sur Instagram, on choisirait un filtre sépia. Comme l’indique le titre, le roman raconte, en même temps que le déclin d’un homme, celui d’un monde. Le code d’honneur des mafieux semble battre de l’aile, les amitiés ne tiennent plus qu’à un fil. On ne sait plus qui est un traître, on se demande qui est la taupe qui a balancé à la police l’existence d’un labo de drogue clandestin… La confiance s’effrite, d’autant plus que la Seconde guerre mondiale rebat les cartes des affaires pour les truands. « On entrait dans ce monde parce qu’on avait accumulé tant de fautes et de chagrins qu’on n’avait plus de place ailleurs », explique un personnage. Le cinéma adore les fresques historiques baignées par la mélancolie.

Parce qu’il y a une tension permanente

Un suspens prenant alimente le roman. Joe Coughlin apprend par une tueuse à gages qu’un contrat a été posé sur sa tête. Il a tué ou fait assassiner beaucoup de gens au cours de sa carrière. Est-ce une vengeance ? Est-ce que quelqu’un veut mettre un terme à son influence ou s’approprier son business ? Ce monde disparu voit tomber les cadavres d’enfants, d’hommes et de femmes. Calibre 44, requins, lames, alligators… Les manières de mourir sont légion. Joe Coughlin réussira-t-il à sauver sa peau ? Il faut attendre les dernières lignes pour connaître la réponse. Générique de fin.