Le roman-photo se remet à la page

vintage Tendance kitch par excellence, le roman-photo se dépoussière avec Internet...

Clara Carlesimo

— 

La rédaction de 20 Minutes convaincue par le retour des romans-photos.
La rédaction de 20 Minutes convaincue par le retour des romans-photos. — Thomas Weill

Depuis deux mois, ils sont 5.000 à suivre quotidiennement l’histoire d’Harry et Matilda. Ce ne sont pas des stars, mais les héros d’un roman. «Je raconte l’histoire de jumeaux, explique Rachel Hulin, l’auteure. Ils entrent tous les deux dans la vie adulte et apprennent à être responsables, à trouver leurs voies professionnelles et à construire leurs familles.» Jusque-là, rien de bien original…

Hey Harry Hey Matilda ne peut se lire que sur Instagram. - Rachel Hulin

Pourtant, Hey Harry Hey Matilda est ce que l’on peut appeler un roman-photo 2.0. Leur histoire, c’est sur Instagram que Rachel Hulin a décidé de la raconter. Pour l’instant, 43 publications déroulent le fil du récit. Mais, l’écrivaine ambitionne de poster la vie de ses deux protagonistes pendant une année entière. «Je tenais un blog dans lequel je parlais déjà d’Harry et Matilda en mélangeant des textes et des images, détaille-t-elle. J’ai toujours voulu en faire un véritable roman.» Après quelques semaines de test, Rachel est satisfaite du résultat: «Instagram permet de former une sorte de communauté où les lecteurs peuvent aussi commenter. Jamais je n’aurais pu penser que ce roman-photo remporterait autant de succès.»

L’histoire d’Hey Harry Hey Matilda, mais surtout celle de Rachel Hulin est le parfait exemple du retour en force de ce genre littéraire. «Avec le roman-photo, la mode du vintage est à son paroxysme», admet Jan Baetens, professeur de sémiotique et d’études culturelles à l’Université de Leuven et auteur de Pour le roman-photo.

Du vintage à la tendance

Reflet kitch des années 50, le roman-photo réapparaît petit à petit sur nos écrans. Beaucoup plus décalé et moins sérieux, il a été dépoussiéré par Internet. Intemporel un peu ringard, le roman-photo redevient aujourd’hui quasiment une tendance. «On redécouvre vraiment ce genre littéraire, raconte Jan Baetens. Le numérique permet même d’élargir le public des romans-photos. Il y a beaucoup de gens qui les lisent maintenant alors qu’il y a encore quelques mois, ils ne savaient même pas que cela existait.»

Nous Deux se lit aussi sur Facebook. - Nous Deux

 

Entre les sites généralistes qui illustrent l’actualité d’un roman-photo et les applications dédiées qui apparaissent, les magazines spécialisés ont aussi dû opérer une transformation. Mastodonte du thème depuis les années 50, c’est par exemple le cas de Nous Deux. «Nous avons lancé l’application en 2011, se souvient Dominique Faber, rédactrice en chef de la fiction. Il fallait que notre lectorat puisse nous suivre tout le temps, y compris sur les nouveaux medias de lecture.»

Pour elle, les écrans numériques ont permis de donner ses lettres de noblesses au roman-photo: «Ce genre se prête totalement aux smartphone et tablettes. Les photos sont fondamentales mais les textes ont aussi leur importance, c’est fondamental d’avoir un grand écran.»


Des thèmes sociétaux

Si le roman-photo redevient à la mode, c’est aussi parce qu’il correspond à la société. «Je pense que les gens apprécient vraiment l’addition des textes et des photos, admet Rachel Hulin. Spécialement aujourd’hui où l’image à une place prépondérante dans nos vies.» Pour que le fond redevienne aussi tendance que la forme, les histoires ont aussi dû s’adapter au numérique.

«Nous mettons en scène des personnages qui n’étaient pas présents auparavant, avoue Dominique Faber. Dernièrement, nous avons parlé d’un couple lesbien mais aussi de familles recomposées et du quotidien d’une jeune femme de banlieue.» Se réinventer, le roman-photo y a été obligé avec le passage du papier aux écrans numériques.

Lia-Rochas Paris invente le roman-photo 3.0. - Lia-Rochas Paris

 

De vieillot, le roman-photo a aujourd’hui sa place dans les arcanes de la mode. «Lia-Rochas-Pàris est une ancienne styliste qui travaille dans l’art contemporain, raconte Jan Baetens. Depuis quelque temps, elle publie des romans-photos revisités presque quotidiennement.» Sur sa biographie Instagram, on peut lire: «La vie comme un roman-photo 3.0.» Sûrement l’avenir du genre…

Le roman-photo de la rédaction

 

Lundi matin, 11 heures dans les locaux de 20 Minutes. - T. Weill/20 Minutes

 

 

C'est maintenant le moment des interviews. - T. Weill/20 Minutes

 

C'est qu'il ne va pas s'écrire tout seul. - T. Weill/20 Minutes

 

Voilà, la rédaction est terminée. Il ne reste plus qu'à le faire relire. - T. Weill/20 Minutes

 

Le boss n'a pas l'air ravi... - T. Weill/20 Minutes

 

Enfin, les dernières corrections apportées. - T. Weill/20 Minutes