« Daho - L'homme qui chante » (extrait)
« Daho - L'homme qui chante » (extrait) — D. CHAUVEL, ALFRED & éd. Delcourt 2015

BD

Preview BD: Comment Étienne Daho «fabrique» un album

Les éditions Delcourt et 20 Minutes vous présentent les premières planches d'un album consacré au roi de la pop à la française…

Si les biographies de musiciens en bande dessinée sont nombreuses, peu d'albums se concentrent sur une œuvre. C'est pourtant le pari que se sont lancé David Chauvel et Alfred : invités par Étienne Daho - dont ils sont tous deux fans de la première heure - ils ont assisté à la conception et la réalisation de son dernier album (Les chansons de l'innocence retrouvée - 2013). Alfred, dont l'album Come Prima a reçu le Prix du meilleur album du festival d'Angoulême 2014, commente cette expérience unique à la suite de la preview ci-dessous. Bonne lecture !

 

Résumé: « Nous souhaitons faire un livre atypique, passionné, différent, beau, tout simplement, autour d'un artiste qui nous émeut et nous passionne. » Ainsi se termine le mail envoyé par les auteurs, en septembre 2012, au manager d'Étienne Daho. Ils ignorent alors que de Londres à Paris, puis sur les routes de France, ils vont suivre l'artiste pendant deux ans et demi et raconter comment on fait un disque, depuis son écriture jusqu'à la fin de la tournée.

Provoquer le destin

« Ça faisait quelques temps que David (Chauvel) et moi avions envie de faire un livre autour de la création d'un disque », se souvient Alfred. « Dès le début, on pensait à Étienne parce que c'est un artiste qu'on adore tous les deux depuis longtemps. Et puis est arrivé cet album qu'il a enregistré avec Jeanne Moreau (ndr : Le condamné à Mort, en 2010, d'après le poème éponyme de Jean Genet) et qui nous a beaucoup impressionnés. On s'est alors demandé comment il passerait de ce projet collectif à un album plus personnel. Donc lorsqu'on a appris qu'il s'apprêtait à entrer en studio pour enregistrer un nouvel album, on a décidé de provoquer le destin et de le contacter. »

Une audace payante, puisque qu'Étienne Daho a rapidement accepté de jouer le jeu : « Il était très curieux de savoir ce qu'on projettait de faire, et il a vite eu envie que ça se concrétise », précise Alfred. Ce qui était d'autant plus encourageant que le chanteur-compositeur n'a, de son propre aveu, jamais été un grand lecteur de bande dessinée. « Il ne connaissait pas nos travaux respectifs, à David et à moi, alors il a fonctionné "à l'instinct", comme il l'a dit lui-même ».

Une observation au long cours

On suit donc nos deux compères dans leur immersion : chez Étienne Daho, d'abord, qui leur fait écouter les maquettes de l'album ; puis à Londres, lors de (nombreuses) séances de studio et de promenades urbaines. « Il nous a proposé plusieurs dates durant lesquelles devaient se passer des choses très différentes, de manière à continuellement enrichir notre projet. On a dû, sur les quelques mois qu'a duré l'enregistrement, y passer un ou deux jours par semaine. Plus plusieurs fois après l'enregistrement, pour aller boire des coups, discuter de l'avancement de notre projet, assister à des concerts, découvrir des lieux qu'il affectionne à Londres etc. »

«Étienne dégage une énergie positive»

Le résultat est d'une grande richesse, car l'album alterne les réflexions d'Étienne Daho, les compte-rendus d'enregistrement et des séquences d'entretiens « face caméra » avec les personnes qui ont collaboré à la création du disque (techniciens, artistes, producteurs etc). Ça donne d'ailleurs au livre un aspect documentaire assez surprenant.

« C'est quelque chose qu'on n'avait pas forcément anticipé », souligne Alfred. « On a voulu raconter le processus de création d'un disque d'Étienne Daho sans se concentrer uniquement sur l'artiste. Et tout le monde s'est prêté au jeu de bonne grâce, mais je pense que c'est l'enthousiasme d'Étienne qui les a convaincus. C'est quelqu'un qui vous booste, qui vous donne envie de faire des choses. Il dégage une énergie permanente et très positive ».


Ceci posé, on se demande naturellement ce que l'artiste a pensé du livre ? « Étienne a évidemment lu l'album avant sa sortie », sourit Alfred. « Et il l'a vraiment aimé. Il a dit être très fier et heureux d'avoir collaboré à un projet de cette envergure. » Un plaisir que partagera immanquablement tout lecteur de ce document hors-norme, qu'il apprécie l'univers musical de Daho… ou pas.

« Daho - L'homme qui chante », de David Chauvel & Alfred – éd. Delcourt, 18,95 euros