Culture

Woodstock VS Glastonbury

CULTURE – Le match de deux festivals mythiques...

Cette semaine sort dans les salles «Glastonbury» de Julien Temple, un documentaire sur le festival du même nom, 35 éditions, des rockeurs à gogo et une ambiance tonitruante. «Glasto» est-il à la hauteur de Woodstock? Découvrez le match entre deux des plus mythiques des festivals.

Notoriété: avantage Woodstock
Crée en 1989, Woodstock a eu la primeur sur Glastonbury, né un an après, en 1970. Même s’il n’existe plus qu’en souvenir, le premier est célèbre dans le monde entier quand le nom de Glastonbury, dont l’édition 2007 s’est tenu au début de l'été, ne jouit pas de la même renommée au-delà des frontières britanniques.

L’histoire: égalité
L’histoire de Woodstock commence par une annonce dans le journal: «Hommes jeunes - capital illimité - cherchent opportunités d’investissements dans affaires intéressantes». John Roberts et Joel Rosenman, fraîchement sortis de leurs études, veulent monter une affaire avec l’héritage de l’un. En 1969, ils créent un studio d'enregistrement à New York et, pour l’inaugurer, ont l’idée de faire un rassemblement musical géant. Sans imaginer un instant l’ampleur que prendra le concert (450.000 festivaliers environ).

Quant au festival de Glastonbury, il est né d’un besoin d’argent. En 1970, Michael Eavis, agriculteur, décide de rentabiliser ses terres en les louant à une poignée de musiciens. Dès 1971, la performance de David Bowie attire 12.500 personnes. Le pli est pris et le nombre de curieux ne cessera ensuite d'augmenter.

Capacité: avantage Glastonbury
Débordement maximum à Woodstock: 450.000 festivaliers ont débarqué en une seule fois alors que les organisateurs en attendaient moins de 50.000.
Glastonbury a aussi essuyé les plâtres d’un succès démesuré: en 2001, le festival a été annulé suite à l’incursion sauvage de nombreux resquilleurs. Mais en moyenne, Glastonbury plafonne à 100.000 spectateurs (150.000 en 2005). Si l’on fait le décompte de tous les participants des 35 éditions, Glasto explose le compteur.

L’affiche: égalité
Certes, Woodstock a vu passer sur sa scène Johnny Winter, The Who, Ten Years After, Santana, et Jimi Hendrix. Du gros, du lourd, très connoté 70’. La programmation de Glastonbury vaut elle aussi son pesant de cacahouètes et se démarque par un virage electro-pop: Blur, Radiohead, The Scissor Sisters, Chemical Brothers et Bjork.

Quotient sexy: avantage Glastonbury

Qui pourrait rivaliser avec Janis Joplin chantant «Try» sur la scène de Woodstock? Bjork en robe rose bonbon charmant un parterre indénombrable de festivaliers avec «Human Behaviour» à Glastonbury.

Sans oublier, toujours à Glasto, Kate Moss avec sa mini-jupe et ses bottes venue en groopie soutenir son (ex?) Pete Doherty de chanteur.