«Netflix Fest»: «20 Minutes» a visité l'hôpital des horreurs en avant-première

ÉVÉNEMENT Ce vendredi, 160 spectateurs auront la chance de visionner à Paris une série ou un film dans ce décor glaçant...

Fabien Randanne

— 

Dans le décor du «Festival des films et séries d'horreur avec les morts les plus improbables».
Dans le décor du «Festival des films et séries d'horreur avec les morts les plus improbables». —

Une main tranchée sanguinolente, un bol rempli de globes oculaires, un cœur baignant dans du formol… Quiconque se perd dans ce dédale de murs carrelés doit s’attendre à des surprises peu ragoutantes au détour des couloirs. De l’extérieur, rien ne laisse deviner que ce sage hôtel particulier de l’avenue d’Iéna, à Paris, recèle des secrets aussi glauques. Inutile d’appeler la police ou les services sanitaires, l’hôpital désaffecté qui s’étend au sous-sol disparaîtra dès les premières lueurs samedi matin. Auparavant, il aura accueilli 160 patients volontaires pour une session de trouille pure.

Bienvenue dans le décor qui attend ce vendredi les spectateurs du « Festival des films et séries d’horreur avec les morts les plus improbables ». C’est l’un des quinze rendez-vous à l’affiche du Netflix Fest. Pour cet événement, qui se poursuit jusqu’à lundi, la plateforme de streaming a vu les choses en grand. Quelque 6.000 festivaliers investiront différents lieux de la capitale pour des projections où le spectacle se trouvera autant sur l’écran que dans la salle. Pour le « super-festival des super-héros qui ont une super-cachette secrète », par exemple, rendez-vous est donné dans les égouts de Paris. Les fans de Friends, eux, se réuniront dans une ambiance Central Perk afin de visionner une sélection des meilleurs épisodes de la série.

Opération marketing à cœur ouvert

Dans l’épouvantable clinique reconstituée avenue d’Iéna, ce seront les amateurs d’horreur qui se retrouveront, histoire de regarder Sharknado, Piranha ou les pilotes des séries The Walking Dead ou Scream. Expérience immersive garantie : les heureux possesseurs d’un ticket vivront leur séance au milieu des blouses blanches et des tables d’auscultations, dans une lumière tamisée. Certains pourront même, s’ils le souhaitent, prendre place sur les brancards abandonnés dans les lieux.

 

L’une des salles de projection du Netflix Fest. F. Randanne - 20 Minutes

 

Une opération d’image à cœur ouvert pour Netflix qui a investi le marché français il y a à peine plus d’un an. « On veut nourrir l’amour pour la marque, que tous les spectateurs se transforment en ambassadeurs potentiels pour la marque et les contenus », confiait il y a peu, à 20 Minutes, Xavier Albert, le directeur marketing France de la plateforme de streaming. L’attente était forte, à en juger par le fait que toutes les places disponibles se sont arrachées en une poignée de minutes.

 

Un décor du «Festival des films et séries d'horreur avec les morts les plus improbables». 
F.Randanne - 20 Minutes

 

Ceux qui n’ont pas pu obtenir de ticket ne se consoleront même pas en se disant qu’il leur suffit d’attendre l’édition 2016, car il n’est pas du tout sûr que le NetflixFest sera reconduit. Cet événement a un point commun avec les séries : l’expérience-pilote – Netflix n’a mis en place un tel dispositif dans aucune autre ville – ne débouchera pas forcément sur un prochain épisode.