« A Blind Legend » : Un jeu audio et immersif pour les non-voyants et pour tous les autres

APPLICATION Ce jeu d'aventures médiévales sur smartphones met le joueur dans la peau d'un chevalier aveugle, guidé par sa fille...

Joel Metreau

— 

Un artwork pour le jeu audio A Blind Legend.
Un artwork pour le jeu audio A Blind Legend. — Dowino / Mickael Crouzat

Des battements de cœur. « Chargement en cours », énonce une voix. Des instructions maintenant : « Vous ne pouvez pas revenir au menu principal pendant les combats »… Puis, « Nouvelle partie, bonne chance et bon jeu », débite la voix monocorde, qui cède au chant des cigales. « Vous êtes Edward Blake ». On s’oriente par rapport aux bruits, notre fille Louise nous interpelle. Des cloches, des aboiements, la rumeur d’une foule… On est sur la place d’un village, des soldats nous cherchent. C’est ainsi que débute A Blind Legend, jeu audio en direction des aveugles et malvoyants, disponible gratuitement sur Android et iOS.

« Il fallait une source sonore permanente »

« Le jeu vidéo, c’est aujourd’hui la première industrie culturelle mondiale, mais elle n’est pas assez utilisée pour des causes nobles ou d’utilité sociale », regrette Pierre-Alain Gagne, cofondateur du studio français Dowino, à l’origine de A Blind Legend. Le jeu a pu voir le jour grâce à une campagne de financement participatif sur Ulule. Par la suite, France Culture a prêté son concours en prêtant notamment des studios d’enregistrement à la Maison de la radio. Car si les sons proviennent d’une base de données, des comédiens ont interprété les textes de cette aventure à vivre sans visuels.

L’histoire, c’est celle d’un chevalier aveugle, guidé par sa fille, qui part délivrer sa femme. « La petite fille est à la fois le guide du père, mais aussi du joueur, puisqu’il fallait une source sonore permanente, c’est une vraie « boussole » », indique Pierre-Alain Gagne. Pour les commandes, on se sert de l’écran tactile de son smartphone : on balaie d’un geste rapide pour donner un coup d’épée, on écarte pour repousser une attaque, et lorsqu’on prend des coups, le smartphone vibre…

« Il faut se laisser porter, c’est un son binaural, donc pas seulement de la stéréo, témoigne Alain, 63 ans, non-voyant. On sent l’obstacle devant, l’ennemi qui arrive par-derrière, ou les cavaliers qui arrivent à fond sur leurs chevaux pour vous entourer. » Alain a fait partie des beta-testeurs qui ont donné leurs impressions tout au long du développement du jeu. « On avait pris contact avec des associations de non-voyants, comme l’association lyonnaise Point de vue sur la ville ou la Fédération des aveugles de France, puis avec des personnes qui voulaient bien le tester », se souvient Pierre-Alain Gagne.

Avoir un bon casque

Le son binaural permet de se représenter un espace en trois dimensions. Parfait pour offrir suffisamment de challenge à un jeu audio. « Un passage m’a agacé, c’est quand je suis tombée dans la cascade, j’ai dû m’y reprendre à trois fois et j’ai eu du mal », rigole Lilia, 35 ans, qui a également fait partie des aveugles à tester le jeu. « Un bon casque est nécessaire, on ne peut pas faire ça correctement avec des enceintes, il faut être bien enveloppé », précise Alain. Les deux joueurs insistent sur l’incroyable immersion que procure A Blind Legend. Les voyants en profiteront au mieux dans l’obscurité la plus complète.