Stephenie Meyer: «J'adore créer de nouveaux mondes dans ma tête»

INTERVIEW A l’occasion de la sortie de l’édition spéciale des dix ans de «Twilight», l’auteur a répondu par mail à «20 Minutes»…

Propos recueillis par Stéphane Leblanc

— 

Stephenie Meyer à New York le 5 octobre 2015.
Stephenie Meyer à New York le 5 octobre 2015. — MediaPunch/REX Shutters/SIPA

On savait que l’édition de Twilight publiée pour les dix ans de la saga comporterait un bonus. On n’imaginait pas qu’A la vie, à la mort, ledit bonus, raconterait la même histoire, mais dans une version où les personnages changent de sexe : Bella s’appelle Beau et Edward, Edythe…

>> A lire aussi : « Twilight » inverse le sexe de ses personnages pour fêter ses 10 ans

On n’en savait rien au moment d’envoyer nos quatre questions (et pas une de plus), par mail, à Stephenie Meyer. Du coup, notre conversation n’évoque pas le contenu particulier de Twilight, A la vie, à la mort (Hachette roman) sorti le mercredi 7 octobre. Tant pis. Voici les réponses de Stephenie Meyer, telles que nous les avons reçues ce jeudi.

Si vous deviez réécrire la saga Twilight aujourd’hui, la referiez-vous sur quatre livres ou en ajouteriez-vous de nouveaux ?

Je suis satisfaite de la manière dont l’histoire couvre quatre livres.

>> A lire aussi : 260 000 fans veulent un cinquième livre «Twilight»

Vos fans sont très attachés à vous, et vous-même, quelle relation entretenez-vous avec eux ?

J’ai de la chance d’avoir des fans intéressants, chaleureux et gentils. C’est toujours un vrai plaisir de passer du temps avec eux.

Pour votre prochain livre, seriez-vous tenté d’explorer un nouveau genre, fantastique, SF ou romance érotique ?

Oui, absolument. J’adore créer de nouveaux mondes dans ma tête. Mon prochain roman fera appel au surnaturel ou à la science-fiction.

Reprendrez-vous un jour « Midnight Sun », le roman que vous avez subitement arrêté lorsque les douze premiers chapitres ont fuité sur Internet ?

Oui. J’avais besoin de m’en détacher, mais j’espère le terminer un jour. Ma mère ne me pardonnerait jamais si je ne le faisais pas.