«Le Livre des choses étranges et nouvelles»: Une histoire d'amour par-delà l'infini

RENTREE LITTERAIRE Inclassable et touchant, le dernier roman de l'auteur néerlandais Michel Faber résonne du deuil de sa seconde épouse, emportée en 2014 par un cancer...

Joel Metreau

— 

L'écrivain Michel Faber,  le 20 septembre 2015, à Pordenone, en Italie.
L'écrivain Michel Faber, le 20 septembre 2015, à Pordenone, en Italie. — MIRCO TONIOLO/AGF/SIPA

L’amour et la foi sont au cœur de ce Livre des choses étranges et nouvelles (éditions de l’Olivier, 23,50 euros). Normal, puisque c’est ainsi que des extraterrestres, avec une prédilection pour le Nouveau Testament, surnomment la Bible. Mais pas besoin d’être chrétien pour apprécier ce roman touchant de Michel Faber. Il s’adresse à ceux qui n’ont jamais douté de la valeur de l’empathie.

Un héros entre trois mondes

Un couple est sur le point d’être séparé. Maladroitement et avec passion, ils font l’amour dans une voiture. Ainsi commence Le Livre des choses étranges et nouvelles. Peter Leigh a été sélectionné par une puissante organisation pour évangéliser une société extraterrestre sur Oasis, une planète lointaine. Cela implique qu’il doit laisser derrière lui, son épouse Béatrice, qu’en rencontrant, il avait abandonné ses toxicomanies pour devenir pasteur. Sur cette planète, il découvre à la fois le fonctionnement ouaté, presque étouffant, de la colonie humaine et les mœurs étranges des autochtones, les Oasiens. Pendant ce temps, sur Terre, les sociétés sont en train de s’écrouler à coups de catastrophes naturelles, de guerres et d’effondrement des économies.

Un amour séparé par des années-lumière

Le Livre des choses étranges et nouvelles émeut en décrivant l’éloignement de ce couple séparé par des années-lumière. Ils ne peuvent pas se voir, ils ne peuvent s’appeler. Leur seul moyen de communication, c’est l’écriture. Au cœur du livre, la correspondance entre Peter et son épouse est le seul fil ténu qui les maintient encore ensemble. Mais les mots, un passé et une foi commune sont-ils suffisants pour conserver leur relation amoureuse intacte ?

La foi à l’épreuve

Peter est subjugué par le désir pur que manifestent les Oasiens à connaître la Bible et à embrasser le message du texte sacré. Mais l’ardeur de sa foi est peu à peu mise à l’épreuve par les messages de plus en plus en désespérés que Béatrice lui envoie. Michel Faber, lui, a perdu la sienne en écrivant son roman. « Je voulais que ce livre soit la chose la plus triste que j’ai jamais écrite », confiait-il en 2014 au New York Times. Alors qu’il mettait les dernières touches à l’ouvrage, sa seconde épouse, Eva, avec qui il a partagé sa vie pendant 26 ans est décédée d’un cancer. Michel Faber a assuré que ce livre serait le dernier. En dédicace, il a écrit : « Pour Eva, toujours ».

Un auteur atypique

Scarlett Johansson et Michel Faber n’ont rien en commun, si ce n’est que l’actrice américaine a joué dans une adaptation au cinéma d’un livre de l’écrivain néerlandais. Avec son premier roman publié en 2000, Sous la peau, les lecteurs découvraient un auteur au parcours atypique. Né à La Haye aux Pays-Bas, il part à 7 ans avec sa famille en Australie. A l’université de Melbourne, il étudie la philosophie et la littérature anglaise. Il enchaîne avec différents petits boulots et devient aide-soignant, avant de revenir s’installer en Ecosse.

Entre conte et science-fiction

Les romans de Michel Faber échappent à toute tentative de classification, à l’image de son best-seller La Rose pourpre et le lysLe Livre des choses étranges et nouvelles ne fait pas exception. Est-ce un conte ? Est-ce un roman d’anticipation ? Est-ce qu’un grand saut dans l’espace justifie qu’une œuvre soit cataloguée comme de la science-fiction ? Michel Faber situe son roman à notre époque ou dans un futur proche. Mais il ne s’embarrasse pas de détails pour assurer de la crédibilité à son récit. On adhère ou pas. Pour celui-ci, on adhère !