Fenêtre sur cour version HBO

MEDIAS Les cinq ingrédients de «Voyeur Project»...

Alice Antheaume

— 

Il fait nuit à New York, des appartements sont éclairés et des hommes s’agitent à l’intérieur. Pas de son, pas de dialogue, juste vos yeux pour zieuter. La chaîne américaine HBO, qui a révolutionné la télévision avec ses séries («Les Sopranos, Six Feet Under, Oz, Sex and the City»…) vient de lâcher une nouvelle bombe intitulée «Voyeur Project». Découvrez les ingrédients d’un concept qui s’annonce réussi.

Epiez, épions
52 ans après «Fenêtre sur cour» d’Alfred Hitchcock, vous êtes comme James Stewart qui épiait, avec ses jumelles, les allées et venues de ses voisins. La curiosité, plus ou moins malsaine, envers le quotidien de ses homologues est un ressort d’intrigue éprouvé. Il s’agit de mater les autres quand ils croient qu’on ne les mate pas. Objectif affiché: «que le spectateur soit confronté à la question, ô combien déconcertante: est-ce que j’aime regarder?» Réponse: oui, sinon «Big Brother» n’existerait pas.

Deus ex machina
En ligne, tout est fait pour que vous, spectateurs, vous sentiez maître absolu à bord. Vous pouvez zoomer, dézoomer, grimper dans les étages, passer d’un appartement à l’autre, pour découvrir ce qu’il se passe dans chaque parcelle de décor. Le principe de navigation rappelle ce qui a fait le succès de Google Street View et toutes les cartes en 3D disponibles sur le Net. Ici, la scène se passe dans un immeuble de Manhattan, à l’angle de Broom Street et Ludlow Street.

Des concepteurs stars
Aux manettes: Jake Scott, fils de Ridley («Alien, Blade Runner»), et une partie de l’équipe de la série «Sopranos».

Casse-tête
«Voyeur project» semble être un rébus grandeur nature. «Toutes les histoires sont interconnectées. Plus vous regardez, plus vous commencerez à voir pourquoi et comment». Indice : «les ressorts sont plus complexes que dans une mise à jour de Vista», préviennent les concepteurs. Cherchez maintenant.
Voir la vidéo




Interactivité

Pour l’instant, tout se joue sur ce drôle de site dédié au projet. Mais dans les jours à venir, «le film (silencieux) sera projeté sur la façade d’un immeuble puis sur HBO, HBO on Demand, et en ligne sur HBOVoyeur.com», nous promet-on. Certains indices ne seront révélés que sur le site. Un programme télé qui s’articule sous des formes différentes autour de plusieurs supports de diffusion, serait-ce enfin la «révolution numérique» télévisuelle et convergente?