eSport: Webedia lance un espace dédié aux joueurs professionnels du jeu vidéo

JEU VIDEO Baptisé « eSport Arena », ce lieu situé à Levallois, accueillera notamment les joueurs de l’équipe Millenium…

Journaliste afp
— 
Des joueurs de Millenium dans l'eSport Arena de Webedia, à Levallois, le 17 septembre 2015. Lancer le diaporama
Des joueurs de Millenium dans l'eSport Arena de Webedia, à Levallois, le 17 septembre 2015. — J. Metreau / 20 Minutes

En créant dans son siège social à Levallois (Hauts-de-Seine) un espace dédié aux joueurs professionnels du jeu vidéo, Webedia marque des points dans le gaming. Le groupe de médias, qui possède notamment les sites Millenium, Jeuxvideo.com et Jeuxactu, présentait ce jeudi son « eSport Arena ». « Sur 400m2, cette enceinte est composée d’une salle d’entraînement, d’un amphithéâtre pour des matchs, d’un bar… », énumère Cédric Page, directeur général de Webedia Gaming. « Au sous-sol, des studios sont aménagés sur une surface identique. C’est là que les Youtubeurs Cyprien et Squeezie feront leurs vidéos. » En effet, le groupe vient d’acheter Mixicom, l’entreprise qui gère par exemple la commercialisation des chaînes Youtube CyprienGaming et Squeezie.

Des connexions optimales

Mais c’est sans doute Millenium qui tirera d’abord les bénéfices de ce lieu : le site consacré à l’actualité du sport électronique, mais surtout l’équipe de joueurs professionnels qui portent le même nom. Dans une salle, aux baies vitrées qui donnent sur la rue, des joueurs s’entraînent sur une vingtaine d’écrans. Les avantages, c’est Corentin Houssein, alias Gotaga, joueur pro, qui les décrit : « On a des stations avec des connexions Internet optimales, du 20 Giga, c’est très rare. On peut faire des shows matchs quand on veut, comme des matchs de gladiateurs, pour amuser la foule et montrer du beau jeu. » Ce jeudi, il s’entraînait avec trois Britanniques, avant de participer à la Dreamhack, un tournoi en réseau, qui va se disputer les 19 et 20 septembre à Londres. « De se voir, ça permet de créer un groupe solide et de renforcer les liens. Avant, on devait se réunir chez quelqu’un, être les uns sur les autres dans une petite pièce », poursuit le joueur professionnel.

Un espace dédié aux goodies de l'équipe Millenium, chez Webedia, à Levallois, le 17 septembre 2015. - J. metreau / 20 Minutes

 

Call of Duty, Starcraft 2, League of Legends…

Un véritable lieu d’entraînement donc pour la trentaine de joueurs qui composent l’équipe Millenium et qui s’exercent sur les jeux suivants : Call of Duty, Starcraft 2, League of Legends, Hearsthone et Fifa 15. Seulement cinq ? « On pourrait en avoir davantage, mais pour l’instant on veut professionnaliser les joueurs. On veut déjà être numéro un sur ces jeux », assure Rémy Chanson, e-sport manager chez Webedia Gaming. Un frein à ce développement ? La non-reconnaissance du statut de joueur professionnel en France.

Ainsi un joueur coréen de l’équipe Millenium est obligé de vivre en Allemagne. Rémy Chanson explique : « En France, à la fin de la première année, on lui a dit : "Il faut que tu passes des examens en français, que tu montres que tui veux t’intégrer dans la société française…" Je ne suis pas sûr qu’on demande cela aux joueurs de foot. Si on avait un vrai statut de joueur pro, où la personne représente une équipe, ce serait beaucoup plus simple. »

Trois sources de revenus

Si le gouvernement reste encore à la traîne sur l’e-sport, certaines marques comme récemment Orange prennent au sérieux en sponsorisant les joueurs de Millenium. Le sponsoring fournit en effet une source de revenus pour ces joueurs. Les deux autres : les revenus liés à la compétition, et ceux, publicitaires, liés à la diffusion de matches ou d’entraînement sur Internet. « On a la conviction que l’e-sport va se développer et va durer, assène Cédric Page. L’objectif de Webedia, c’est de créer du contenu sur Internet, et l’e-sport est un formidable levier. » Les audiences ne cessent d’augmenter. Selon l’analyste Newzoo, en 2017, ce sont près de 335 millions de personnes dans le monde qui suivront de plus ou moins près des tournois de sport électronique.