« La Légende du roi Arthur » : Comment la rappeuse Zaho s'est transformée en fée ?

SPECTACLE L’auteure du tube « Boloss » campe Morgane dans la nouvelle comédie musicale produite par Dove Attia…

Anne Demoulin

— 

Zaho campe la fée Morgane dans «La Légende du roi Arthur»
Zaho campe la fée Morgane dans «La Légende du roi Arthur» — David Arous

Une métamorphose. Révélée avec le single C’est chelou en 2008, Zaho incarne Morgane dans le spectacle musical La Légende du roi Arthur. Après deux albums à succès, Dima et Contagieuse, des collaborations avec Christophe Willem, Sean Paul ou encore La Fouine, et plus de 3 millions de fans sur Facebook, comment l’auteure du tube RnB Boloss s’est transformée en fée légendaire ?

Magnétisme

Il y a un an et demi, Dove Attia contacte Zaho pour participer à la création musicale de son nouveau spectacle. « On avait déjà bossé ensemble et on s’était bien entendu », explique l’auteur-compositeur. Peu à peu, le producteur l’imagine camper Morgane : « Je n’y avais jamais pensé ! La comédie musicale, c’était un monde inaccessible ! »

Incompatible avec celui du RnB ? « Non, cela va avec notre époque où la musique urbaine est populaire. Cela apporte un renouvellement, c’est has been de mettre des barrières entre les genres musicaux », lance-t-elle.

« J’ai failli dire “non”. J’avais la préparation de mon nouvel album. Et puis, j’avais peur de me lancer. C’est ce qui m’a convaincu d’accepter, un artiste ne doit pas se contenter de rester sur le terrain qu’il connaît », confie-t-elle. Elle décide de prendre part à ce « conte de fée, ce rêve d’enfant ».

Zaho scrute les fées et les sorcières dans les films, comme Maléfique, au phrasé sec et au visage impassible. « Il a fallu que j’apprenne à réduire mes gestes », note-t-elle.

Moins de gestes, mais ensorceleurs. « Angelo, un danseur, m’a initié à la danse voguing pour que mes bras bougent harmonieusement. Il m’a aussi appris à marcher en talons, pour trouver la démarche de Morgane ».

Elle s’entraîne avec un coach sportif pendant six mois : « J’ai suivi un régime avec un diététicien. Je ne me suis pas privée, je mangeais six fois par jour ! Mais que des choses saines », raconte-t-elle.

Exorcisme

L’artiste se documente sur les légendes arthuriennes : « J’ai lu tout et son contraire sur Morgane ». La chanteuse fait son « profiling imaginaire » : Morgane n’a que 5 ans lorsqu’elle surprend Uter Pendragon abuser sa mère en prenant l’apparence de son père, tué le même jour. « J’ai beaucoup d’empathie pour elle. Elle a une grande part d’humanité : elle ne sait pas aimer et essaye de haïr de tout son cœur, même si la vengeance n’est pas la solution. »

En 1998, Zaho a fui, avec sa famille et sa guitare, la guerre civile qui a déchiré sa terre natale, l’Algérie. Direction, le Canada. « Le passé reste en moi, un traumatisme très vif », confie-t-elle à Paris Match. « C’est ça la vie, des bas et des hauts », écrit-elle dans Mon parcours. « Le dénominateur commun avec Morgane, ma part de vérité, c’est ce côté obscur et lumineux », note-t-elle.

La magie opère aussi en studio où la chanteuse enregistre son nouvel album, « entre 23h et 3 h du mat’, une bouffée d’air frais ». Côté projet, un titre de la fée Zaho aurait envoûté Céline Dion. « Je fais partie des finalistes, mais tant que rien n’est gravé sur CD… », tempère-t-elle. Le sort en est jeté.