Mort de Guy Béart: Politiques et artistes rendent hommage au chanteur

MUSIQUE De Alain Souchon à Marine Le Pen en passant par Manuel Valls et Julien Clerc, artistes et personnalités politiques ont rendu hommage à Guy Béart, décédé ce mercredi à l'âge de 85 ans...

J.M.

— 

Guy Béart, le 19 février 2015, à Paris.
Guy Béart, le 19 février 2015, à Paris. — SADAKA EDMOND/SIPA

Artistes et personnalités politiques ont rendu hommage à Guy Béart, décédé ce mercredi à l’âge de 85 ans.

Interrogé par RTL, Alain Souchon a déclaré : « C’était un chanteur, ce qu’il y a de merveilleux dans les chanteurs français, les héritiers de la chanson des années 50… il était top niveau… Il faisait des musiques qui avaient l’air d’avoir existé depuis toujours… » De son côté, sur Europe 1, le chanteur Julien Clerc l’a qualifié de « mélodiste de génie », confiant qu’il avait longtemps utilisé la ballade L’eau vive, le plus grand succès de Guy Béart, pour s’échauffer. Pour sa part, Juliette Gréco a confié à l'AFP que le chanteur lui avait fait un «magnifique cadeau» en lui écrivant la chanson Il n'y a plus d'après en 1960. 

L’animateur télé Stéphane Bern a fait part de sa « tristesse » en apprenant la mort de celui qui « voulait changer les couleurs du temps, les couleurs du monde ».

 

«Une part de notre gaîté qui s’en va », écrit Valls

Les personnalités politiques lui ont également rendu hommage. Le Premier Ministre Manuel Valls a évoqué « un morceau de notre culture populaire » et il a ajouté : « Avec lui, c’est une part de notre gaîté qui s’en va. »

 

Dans un communiqué, Fleur Pellerin, ministre de la Culture a salué le «chanteur «à textes», si doué pour trouver les notes qu’il faut, celles qui donnent aux mots tout leur poids et toute leur force». Pour elle, il était «insensible aux modes et peu enclin aux compromis lorsqu’il s’agissait de défendre ce qui lui était cher». Au sommet de l'Etat, dans un communiqué, l'Elysée notait que «cet ingénieur des Ponts avait voulu construire, avec ses chansons, un monde plein de fantaisie et de poésie». Pour sa part, la ministre de la Justice Christiane Taubira a écrit: «Guy Béart qui a connu tant de pays avant de s'établir en France chantait ces sentiments qui enchantent les cœurs si divers et si pareils.»

L'extrême-droite pleine de tristesse

A l’extrême droite, Marine Le Pen, présidente du Front National a évoqué « un très grand nom de la chanson française », tout comme le vice-président du FN, Florian Philippot.