Horizons pratique l'art au naturel

©2007 20 minutes

— 

Des tiges d'osier rouges plantés autour du cratère d'un volcan éteint, des CD colorés qui flottent sur la surface d'un lac, un autre cratère reconstitué dans un champ rocailleux, des flûtes à énergie solaire dans les arbres d'une forêt... On appelle ça du « land art », ou de l'art in situ. Les dix communes du Massif du Sancy (Auvergne) se sont associées pour créer le festival Horizons, ou la rencontre improbable entre l'art contemporain et la nature. Pour cette première édition, dix artistes ont disséminé dix oeuvres dans les magnifiques paysages du massif.

L'objectif d'Horizons est de « renouveler l'offre touristique du Sancy », selon les termes de Luc Stelly, directeur de l'office du tourisme, à l'origine de l'ambitieux projet. « Nous voulions attirer un nouveau public, valoriser nos paysages. » Si l'initiative est donc avant tout destinée à « remplir les lits des hôtels », la qualité des oeuvres en fait l'un des événements les plus passionnants de l'été. Jean-Paul Ganem a ainsi « tracé » des cercles d'herbe d'un vert plus clair sur le col du Capucin. L'oeuvre s'admire depuis le sommet et figure la discrète présence humaine dans des sites naturels. « Parfois, on va dans un endroit et on ne le voit plus vraiment », explique l'artiste, qui a travaillé avec le paysan propriétaire du champ, et n'a utilisé que des engrais naturels et des tontes fréquentes pour créer son oeuvre éphémère. Plus au nord, sur la Banne d'Ordanche trois musiciens du vent ont installé leurs orgues éoliennes. Construits en bambous de six mètres, ces instruments autonomes émettent des sons étranges et gracieux jusque dans la vallée. « Par grand vent, c'est du Wagner, aujourd'hui, c'est plus doux, commente Bruno Tondellier, l'un des trois ingénieurs. On voulait faire cette oeuvre depuis longtemps. Avec Horizons, on a enfin trouvé des gens aussi tarés que nous... C'est génial de pouvoir faire entendre ces sons au plus grand nombre. Chaque jour, on a plus de mille moutons pour spectateurs ! » En attendant le flot des touristes sur ce site, très prisé des randonneurs aujourd'hui... et des amateurs d'art contemporain demain.